«Nous sommes tombés dans le piège»

Alexandre Carrier a compilé un différentiel de moins-4... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Alexandre Carrier a compilé un différentiel de moins-4 dans une rencontre qu'il voudra rapidement oublier.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il a marqué un but en fin de match pour redonner espoir aux Olympiques, mais le capitaine Alexandre Carrier n'a pas été l'ombre de lui-même hier quand les Gatinois ont accordé neuf buts au Phoenix de Sherbrooke.

Le général de la défensive a compilé un différentiel de moins-4 dans une rencontre qu'il voudra rapidement reléguer aux oubliettes.

«Nous n'avons pas mis nos bottes de travail, moi le premier. Nous ne nous sommes pas présentés. Vers la fin, quand nous avons commencé à jouer, nous avons vu que nous étions capables de contrôler le jeu. Il faudra se regarder dans le miroir et laisser ce match derrière nous.»

Le capitaine pense que les cinq victoires consécutives des Gatinois ont peut-être aveuglé son équipe. «Nous sommes tombés dans le piège de penser qu'on pouvait travailler moins fort et gagner quand même. Nous avons oublié tout le travail qui nous avait permis de gagner nos cinq premiers matches.»

C'était aussi la première fois depuis le début de la saison que les Olympiques affrontaient une équipe qui avait récupéré ses joueurs clés, de retour des camps de la LNH. Néanmoins, il manquait toujours l'excellent Kay Schweri (blessé) ainsi que le Thursolien Julien Pelletier, qui revient du camp des Blue Jackets de Columbus.

Pelletier a été blessé à son premier match avec le Phoenix vendredi. Il avait toutefois réussi à compter dans la victoire de Sherbrooke. «Je suis blessé au haut du corps, mais je serai de retour bientôt. J'aurais aimé jouer ici, surtout que bien des gens de Thurso ne savaient pas que je ne jouerais pas aujourd'hui. Ils sont venus quand même. Au moins, nous avons gagné. C'est la première fois que mon équipe gagne à Guertin depuis que je suis dans la ligue!»

Chez les Phoenix, l'entraîneur-chef Judes Vallée était tellement concentré sur son équipe, qu'il n'a jamais réalisé qu'Alex Dostie avait quitté la rencontre en première période. «Nous avons eu notre part d'absents depuis le début de l'année. Nous avons perdu nos quatre premiers matches, mais les retours de Daniel Audette, Carl Neill et Jérémy Roy ont aidé. Ce soir, ce n'était pas un match pour les gardiens, mais nous sommes sortis en force et nous avons été opportunistes.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer