Un deuxième tour qui rapporte

Les Olympiques n'étaient pas peu fiers de repêcher... (Imacom : Frédéric Côté)

Agrandir

Les Olympiques n'étaient pas peu fiers de repêcher Anthony Gagnon avec leur première sélection au deuxième tour.

Imacom : Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbooke) Chaque année, les 18 équipes de la LHJMQ sortent de leur séance de sélection avec le sentiment du devoir accompli. Tous les recruteurs pensent avoir réussi de grands coups. Le bulletin viendra quelques années plus tard.

À Gatineau, Christian Caron n'était pas différent des autres. Le directeur du recrutement chez les Olympiques a hoché vigoureusement de la tête quand on lui a demandé s'il était content de son repêchage à Sherbrooke samedi. Les Gatinois n'avaient pas de choix de première ronde, mais dans son esprit, Christian Caron a repêché deux joueurs qui auraient pu être sélectionnés au premier tour.

Comme Patrice Bergeron

Trouvant des similitudes avec Patrice Bergeron en observant Anthony Gagnon évoluer avec les Riverains du Collège Charles-LeMoyne, Caron était fébrile quand son coup de coeur était encore disponible en deuxième ronde. L'attaquant de 5'10» et 146livres est devenu un Olympique avec le 25e choix du repêchage.

«Quand je l'observais, je voyais un joueur de la LNH en lui. Il joue comme Patrice Bergeron. Ses responsabilités ont augmenté pendant la saison. Il a joué de grosses minutes. Il a un lancer exceptionnel. Il n'est pas encore très grand, mais son père mesure 6'2» et il ne joue pas comme un petit joueur. Il est fougueux. Il était haut sur notre liste.»

Les Olympiques tenaient tellement aux services de Gagnon que son nom était déjà cousu sur le chandail noir et blanc même s'il était un choix de deuxième ronde. «C'est une de mes plus belles journées de ma vie. C'est un rêve qui se réalise. Je capote comme si j'avais été un choix de première ronde», a indiqué le rapide patineur après avoir fait le tour de table du club et serré la pince au capitaine Alexandre Carrier.

À 15 ans, Gagnon a complété sa saison avec 21 points en 40 matches, mais Christian Caron s'attend à se qu'il devienne un compteur prolifique d'ici quelques années.

Toujours en deuxième ronde, les Olympiques ont choisi le Gatinois D'Artagnan Joly même s'il avait été classé comme un espoir de cinquième ronde par le Centre de soutien au recrutement de la ligue. «À 6'2«et avec ses habiletés, il aurait dû être un choix de première ronde, mais il doit améliorer sa constance. C'est pour ça qu'il a glissé. Son potentiel est énorme. C'est un ailier capable de marquer des buts», a expliqué Caron au sujet du jeune frère de Michaël Joly.

Une grosse équipe

Dans les rondes qui ont suivi, la formation outaouaise a tenté de grossir son équipe en réclamant six autres joueurs de six pieds et plus. Les défenseurs Jacob Dumouchel (Intrépide), Simon Messier et Joakim Paradis posséderaient tous les outils pour rendre la vie difficile à leurs adversaires. L'Américain Jack Bliss, l'Acadien William Basque et le gardien Nicolas Cloutier (Intrépide midget espoir) ont également de gros gabarits.

Parmi les huit autres joueurs sélectionnés qui passent sous la barre des six pieds, plusieurs demeurent costauds comme Jeffrey Durocher (troisième ronde), Tristan Belliveau, Jason-Dylan Moss, Vincent Milot-Ouellet, Thomas Legget et Pier-Olivier Lacombe et Marc-Éric Bourque. L'Américain Alexander Steeves est le plus léger du groupe à 5'10» et 160livres.

En tout, les Gatinois ont sélectionné huit attaquants, sept défenseurs et un gardien.

Jfplante@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer