Les Olympiques prennent les devants

Les Olympiques ont dirigé 30 tirs vers le... (Rémi Sénéchal, collaboration spéciale)

Agrandir

Les Olympiques ont dirigé 30 tirs vers le filet de Philippe Desrosiers, la première qu'ils obtiennent autant de tirs depuis le début des séries éliminatoires.

Rémi Sénéchal, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sébastien Desrosiers
Le Soleil

(Rimouski) L'Océanic de Rimouski a trouvé chaussure à son pied. Les Olympiques ont infligé une défaite de 2 à 1 aux champions de la saison régulière au premier match de la série quart de finale, vendredi, au Colisée Financière Sun Life.

Les Rimouskois ont sué, mais ont disposé des Tigres somme toute promptement en première ronde. Les Olympiques, qui ont causé la surprise en quelque sorte face à l'Armada de Blainville-Boisbriand, s'annoncent plus coriaces.

Il ne s'agit que d'un cinquième revers en temps règlementaire à domicile cette année pour l'Océanic. L'entraineur-chef, Serge Beausoleil, ne compte pas en faire une habitude.

« Il ne faut pas faire tout un plat avec ça », a-t-il soutenu. « Je pense qu'ils avaient un bon momentum avec la fin de série qu'ils ont eue, il va falloir jouer beaucoup mieux qu'on l'a fait aujourd'hui. C'est un niveau d'intensité qui n'était pas comparable à celui qu'on avait en première ronde. »

L'entraîneur-chef Benoît Groulx a fait échos aux propos de Beausoleil. « Ç'a été une dure bataille ce soir, ça fait sept qu'on joue comme ça », a-t-il affirmé. « Ils ont semblé rouillés en première période. »

Gatineau a démarré le match en lion, alors qu'Elie Bérubé a profité d'un mauvais retour donné par Philippe Desrosiers dès la deuxième minute de jeu. C'est l'avantage numérique qui a fait la différence par la suite.

Tommy Veilleux des Olympiques, derniers à ce chapitre jusqu'ici en séries, a marqué ce qui allait s'avérer être le but gagnant avec l'avantage d'un homme en fin de deuxième période. L'Océanic a pour sa part été incapable de profiter de trois jeux de puissance en troisième.

« On a joué trop en périphérie », a critiqué Beausoleil. « Quand on s'est dirigé au filet, on a marqué en deuxième période, même si le but a été refusé », a-t-il dit d'un jeu sur lequel Samuel Laberge a poussé le disque avec son patin.

Il faut dire que l'absence de Samuel Morin a laissé un trou évident à la ligne bleue rimouskoise. Le défenseur souffre d'une blessure mineure au bas du corps et sera évalué quotidiennement.

François Brassard a quant à lui repoussé 26 des 27 lancers dirigés vers lui.

Il s'agit de la quatrième série dans l'histoire entre les deux équipes, et jusqu'ici, l'Océanic n'est jamais parvenu à vaincre les Olympiques. Le dernier affrontement, en 2013, ressemblait en quelque sorte à celui-ci, alors que Gatineau, 28 points derrière Rimouski au classement général, l'avait emporté.

N'en parlez toutefois pas à Benoît Groulx. « Je ne me souviens pas de 2013 », a lancé l'entraîneur gatinois. « Je sais qu'on a gagné en six et c'est tout. »

Si leur saison semblait dérailler à la fin février, ils ont maintenant le vent dans les voiles. « Ce n'est pas mission accomplie, ce n'est qu'un match », a tenu à rappeler Groulx.

Le deuxième match justement, samedi, sera particulièrement important étant donné que la série se transporte ensuite pour trois parties à Gatineau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer