«Il n'y aura pas de guerre ouverte»

Serge Beausoleil, entraîneur de l'Océanic, a fait un... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Serge Beausoleil, entraîneur de l'Océanic, a fait un trait sur sa série de 2013 contre les Olympiques.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur la patinoire, la série Gatineau/Rimouski a marqué l'imaginaire des partisans des Olympiques en 2013. Non seulement les Gatinois avaient été en mesure de surprendre l'Océanic, mais à l'extérieur de la glace, la guerre verbale entre les entraîneurs Benoît Groulx et Serge Beausoleil avait pimenté toute la série. Sur le plan émotif, le duel qui opposait les frères Étienne et Jasmin Boutet avait aussi été plutôt intense.

Deux ans plus tard, les deux équipes, dirigées par les mêmes hommes, se retrouvent à nouveau dans des conditions similaires. Champion de la saison régulière, l'Océanic occupera encore le fauteuil du favori. Quatorzièmes au classement général, les Olympiques seront les négligés. En 2013, il y avait 28 points d'écart entre les deux clubs, mais ça n'avait pas empêché les équipiers de Benoît Groulx de l'emporter en six parties. En 2015, l'écart est de 31 points

Ce qui diffère cette année, c'est que les deux entraîneurs ont remisé leurs armes. Le calme avant la tempête?

«Il n'y aura pas de guerre ouverte», a tout de suite lancé Serge Beausoleil lorsque joint par LeDroit hier.

En matinée, Benoît Groulx avait fait un commentaire similaire quand des journalistes lui ont rappelé quelques souvenirs de 2013.

«Je ne me souviens pas de ce que j'ai mangé hier, alors je ne me souviens pas de ce qui s'est passé en 2013. Il ne se passera pas grand-chose de mon côté.»

Certains seront déçus. Après tout, Groulx et Beausoleil sont parmi les entraîneurs les plus articulés de la LHJMQ, mais la bataille n'est pas encore commencée. La série est jeune!

Une bonne relation

En 2013, Benoît Groulx avait été titillé quand son homologue avait suggéré que les Olympiques devaient être considérés comme les favoris de la série. Deux ans plus tard, les deux hommes ont développé une bonne relation et se parlent plusieurs fois par saison. Hier, Serge Beausoleil disait lui aussi avoir fait un trait sur les séries de 2013.

«Il n'y a pas grand monde qui parle de la série de 2013 ici. Nos succès, nous les réservons pour le moment présent. Le passé est très peu d'intérêt. Les deux équipes sont bien différentes maintenant.»

L'entraîneur de l'Océanic sait très bien qu'il dirige une belle machine de hockey, mais il sait aussi que les Olympiques représenteront un défi de taille.

«Je ne vois pas comment on pourrait sous-estimer Gatineau quand ils viennent de sortir Blainville-Boisbriand. Le message est très clair!»

Avec un dossier de 47-16-5, son club a mis la main sur le trophée Jean-Rougeau même s'il n'a pas été épargné par les blessures et les absences de joueurs clés qui ont participé au Championnat mondial junior.

«Nous n'avons pas joué souvent avec notre équipe complète, un peu comme les Olympiques. Malgré tout, nous avons été impliqués dans une course effrénée pour le championnat de la ligue.

«C'était très intense, mais c'était une bonne préparation pour les séries.»

Quand la rondelle tombera à Rimouski vendredi, l'Océanic recevra du renfort de qualité. Charles-David Beaudoin, défenseur de 20 ans, reprendra son poste après huit semaines d'absence. En attaque, le retour de Samuel Laberge sera salutaire.

Chez les Olympiques, Benoît Groulx dit connaître la recette pour causer une deuxième surprise, mais pour y arriver, il devra amener ses joueurs au même niveau que dans la série contre l'Armada.

«J'espère que nos joueurs ne sont pas satisfaits d'avoir gagné une ronde. Il faudra retrouver le niveau d'émotion de la dernière série. Nous connaissons les forces et les faiblesses de Rimouski comme ils connaissent les nôtres. L'Océanic sera prêt. Il faudra se battre.»

Quoi de mieux qu'une solide opposition des Gatinois pour mettre le feu aux poudres?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer