Des matches à couper le souffle

Benoît Groulx.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Benoît Groulx.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Ouf», a été le premier son qui est sorti de la bouche de Benoît Groulx après la victoire à l'arraché de ses Olympiques hier soir.

Le pilote gatinois était franchement impressionné par la qualité du jeu en cette première ronde des séries de la LHJMQ.

«Le deuxième match était meilleur que le premier et le troisième a été meilleur que le deuxième. Il faut une implication de tous les joueurs pour arriver à une victoire dans cette série. Nos joueurs n'ont pas lâché après la deuxième période. Personne ne se fait de cadeau sur la glace.»

L'entraîneur-chef gatinois a eu la main heureuse en remaniant ses trios en troisième période. Jake Coughler a été réuni à Tommy Veilleux et Marc Becktead. Ils ont compté le but égalisateur. Jonathan Bourcier a remplacé Joey Richard aux côtés des Russes Valentine Zykov et Yakov Trenine. Ils ont compté le but d'assurance.

«Jake, Tommy et Marc avaient eu du succès dans notre grosse séquence de victoires, mais ils s'étaient un peu égaré de leur jeu par la suite. J'ai pensé que c'était le moment de les réunir.»

Malgré la victoire, Groulx se disait déçu de la répartition des pénalités.

Son club a encore écopé de huit pénalités hier. L'Armada a été punie à deux reprises seulement.

«Nous avons mérité toutes nos punitions, mais il faudrait aussi punir de l'autre côté. Des punitions flagrantes n'ont pas été appelées. Il n'y a pas de raison d'avoir un écart aussi grand entre les deux équipes. Un coude dans le visage, ça devrait être une punition des deux côtés.»

De son côté, Joël Bouchard a commencé à donner un peu de crédit au gardien des Olympiques, François Brassard, qui a réalisé 20 arrêts.

«Nous avons eu nos chances de compter en avantage numérique. C'est une question de petits détails. Nous avons passé beaucoup de temps dans leur zone. Brassard a été très bon. C'est dur de jouer un match parfait et c'est ce qu'il faut faire pour gagner dans cette série.»

Bouchard trouvait dommage que le but gagnant ait été compté à la suite d'une passe avec la main à ses yeux.

«L'erreur est humaine. C'est plate parce que c'était 2-2. Nous avions un bon match. Tout le monde a vu la passe avec la main.»

Pour son équipe, rien ne change à la veille du quatrième match. «C'est la même chose qu'après le match numéro un que nous avons perdu. On va se relever et recommencer.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer