L'objectif: contrôler ses émotions

Les deux prochains matches de la série opposant... (Archives LeDroit)

Agrandir

Les deux prochains matches de la série opposant les Olympiques à l'Armada auront lieu ce soir et demain à Gatineau.

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

S'ils étaient gonflés à bloc par leur spectaculaire fin de saison, les Olympiques de Gatineau ont trouvé chaussure à leur pied dans les deux premiers matches de la série contre l'Armada de Blainville-Boisbriand.

La flotte laurentienne a été la plus menaçante des deux équipes devant ses partisans, mais la série est égale 1-1 et les Gatinois savent une chose: à cinq contre cinq, ils sont capables de rivaliser à armes égales avec l'Armada. Celle-ci a profité de buts en avantages numériques pour prendre du momentum dans les parties.

«Il faut simplement contrôler nos émotions. Nous avons mérité toutes nos pénalités. Cependant, il y a des infractions qui n'ont pas été punies de l'autre côté. Ils ont marqué trois buts en avantage numérique, dont deux fois où on se défendait à trois», a indiqué Benoît Groulx à la veille du troisième duel de la série ce soir au centre Robert-Guertin.

L'entraîneur-chef gatinois espérait que la foule, toujours très stimulée pendant les séries au «Vieux Bob», allait pouvoir transférer son énergie à ses équipiers. Déjà 2000 billets avaient été vendus hier soir. La série est devenue un trois-de-cinq avec les deux prochains matches à Gatineau, mais Groulx était loin de tenir cet avantage pour acquis.

«Les séries, ce n'est plus comme c'était dans les années passées. Les clubs sont habitués aujourd'hui de jouer sur la route. Les équipes sont construites en fonction de ces matches-là. Nous avions gagné le premier match à Boisbriand. On espérait gagner le deuxième. À mon avis, nous avons été meilleurs dans le match que nous avons perdu, mais ils (Armada) étaient prêts.»

Dans la défaite des Olympiques samedi, Benoît Groulx a noté une légère avance de 11-10 dans les chances de marquer pour l'Armada. «C'est vraiment très partagé. Très serré. Il faut se battre pour chaque pouce de glace. C'est une belle bataille.»

Absent dans le premier match, Nikita Jevpalovs a fait mal aux Olympiques dans le second match en préparant les trois premiers buts des siens. Dans le second match, ce sont les Gatinois qui ont perdu un morceau important de leur attaque. Malade, Louick Marcotte a dû déclarer forfait. Le meilleur compteur du club devrait être de retour à son poste ce soir. À ce sujet, Benoît Groulx avait sa propre idée sur le mal qui a affligé Jevpalovs vendredi.

«Nous avons découvert de quel virus il souffrait. En regardant comme il faut le deuxième match, on voit bien qu'il est atteint du 'virus du genou'. Il a récolté trois points quand même. Ça montre à quel point c'est tout un joueur de hockey.»

Blessure au genou ou pas, c'est Alexandre Carrier qui devra à nouveau tenter de contenir le trio explosif de Jevpalovs, Danick Martel et Philippe Sanche. Dans les deux premiers matches où il a maintenu un différentiel de +4, le capitaine a eu les mains pleines et il a même été pénalisé cinq fois!

«Il y a de mauvaises et des bonnes punitions, mais c'est sûr que mon jeu doit être plus discipliné. Cinq punitions, c'est un peu exagéré pour moi. Ce n'est pas dans mes habitudes. L'Armada représente tout un défi.»

À sa troisième saison avec l'équipe, Carrier a vécu des sensations fortes à Guertin en séries éliminatoires.

«Les partisans peuvent faire une grosse différence. À Gatineau, ce n'est jamais facile de jouer pour l'équipe visiteuse. Ça peut jouer à notre avantage.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer