Un gardien plus protégé que l'autre?

François Brassard... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

François Brassard

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans une série serrée et intense où chaque détail compte, les gardiens des Olympiques et de l'Armada ont été bousculés à plusieurs reprises jusqu'à présent.

Benoît Groulx a été le premier à admettre les torts de ses joueurs hier, mais il a profité de l'occasion pour faire un plaidoyer afin de protéger son propre gardien, François Brassard.

«J'ai appelé la ligue pour que notre gardien soit protégé des assauts contre lui. Depuis le début de la série, j'ai le sentiment qu'il n'y a qu'un gardien qui a été protégé et c'est (Samuel) Montembeault. Avec raison. Les punitions que nous avons prises sur lui étaient méritées, mais quand (Philippe) Sanche tombe sur notre gardien volontairement et qu'il n'y a pas d'infraction, ce n'est pas normal. Quand (Marc-Antoine) Bouillon passe derrière le filet et qu'il fait trébucher notre gardien avec son patin sans infraction, ce n'est pas normal non plus.»

Comparaison

Groulx a poursuivi son analyse en rappelant l'incident entre Chris Kreider et Carey Price qui a marqué la série Rangers/Canadien au printemps dernier. «Quand les joueurs rentrent au filet et faisant des glissades à la Kreider... on sait comment ça a été difficile pour le Canadien par la suite. J'aurais aimé que les punitions soient appelées des deux côtés, pas juste du nôtre.»

L'entraîneur gatinois s'est toutefois montré rassuré par son entretien avec les responsables de la ligue.

«On m'a promis que les deux gardiens seraient protégés demain soir (ce soir).»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer