Savourer chaque moment

«La nostalgie m'a gagné pendant le match. Plus... (Archives LeDroit)

Agrandir

«La nostalgie m'a gagné pendant le match. Plus ça avançait, plus j'essayais d'en profiter pour avoir du plaisir.» - Louick Marcotte.

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils venaient de gagner 4-1 à Shawinigan, mais François Brassard, Louick Marcotte et Mickaël Beauregard avaient le coeur gros. Les trois joueurs de 20 ans des Olympiques venaient de disputer une dernière rencontre de saison régulière en carrière dans la LHJMQ.

«La nostalgie m'a gagné pendant le match. Plus ça avançait, plus j'essayais d'en profiter pour avoir du plaisir», a indiqué Marcotte, auteur de 255 points en carrière. Mickaël Beauregard savait que la fin était proche, mais il a fait de son mieux pour ne pas y penser pendant la saison. «Dans les dernières semaines, j'ai profité de tous les moments qui me restaient pour emmagasiner le plus de souvenirs possible», a dit l'arrière-garde à caractère défensif, qui a récolté une passe contre les Cataractes afin d'égaler sa fiche de l'année précédente avec trois buts et 12 passes.

La victoire avait permis aux Gatinois d'espérer une 13e position au classement général et un rendez-vous avec les Remparts de Québec au premier tour des séries, mais le dernier match de la saison entre Halifax et Moncton aura relégué les Olympiques au 14e rang. François Brassard a ainsi raté une occasion d'affronter le club qui l'a échangé en pleine année de Coupe Memorial à Québec.

«Ça ne m'aurait pas dérangé d'affronter les Remparts, mais je n'avais pas de contrôle là-dessus. Il y a beaucoup de parités dans la ligue. Peu importe l'équipe que nous allions affronter, ça allait être une bonne équipe.»

Si les joueurs de 20 ans veulent étirer le plaisir un peu, ils devront causer au moins une surprise. Mickaël Beauregard a réussi l'exploit face à l'Océanic de Rimouski en 2013 quand les Olympiques (13e) avaient renversé la troupe de Serge Beausoleil (4e) en six parties. Il y avait 28 points d'écart entre les deux clubs. Cette année, les Olympiques concèdent 23 points à l'Armada.

«Je sais que nous pouvons réussir. Je vais partager cette expérience avec les autres pour leur donner confiance», dit Beauregard.

Bien placé pour parler

Louick Marcotte est bien placé pour parler d'expérience. Il a soulevé la coupe du Président l'an dernier. Avant de connaître du succès en séries éliminatoires, ses Foreurs avaient terminé la saison en grande force, comme les Olympiques de cette année, mais Marcotte ne veut pas mélanger les pommes et les oranges.

«C'est deux saisons différentes, mais c'est très plaisant de finir l'année sur une bonne note. La parité est forte. Une fiche de ,500 nous a donné le 14e rang. Nous aurons un gros défi contre l'Armada, mais je crois en cette équipe.»

Il croit également aux succès de son entraîneur en séries.

«Benoît (Groulx) n'en est pas à son baptême des séries. Il sait comment ça marche. Nous n'avons qu'à le suivre», a-t-il dit au sujet du capitaine du navire.

jfplante@ledroit.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer