Carrier se rachète et tranche en prolongation

Alexandre Carrier a marqué en prolongation, evndredi soir,... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Alexandre Carrier a marqué en prolongation, evndredi soir, pour infliger un cinquième revers consécutif au Phoenix.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les Olympiques ont eu chaud à Sherbrooke vendredi soir.

Pour la deuxième fois en autant de matches, ils ont laissé filer une avance d'un but après deux périodes, mais cette fois, ils ont pu se reprendre quand Alexandre Carrier a marqué en prolongation pour infliger un cinquième revers consécutif au Phoenix. Les Gatinois ont ainsi repris le chemin de la victoire avec un gain de 4-3. En marquant le but vainqueur, le capitaine a pu racheter sa punition pour avoir immobilisé une rondelle avec sa main avec moins de deux minutes à faire et un score de 3-3. Le Phoenix a débuté la prolongation avec l'avantage d'un joueur sur la patinoire, mais Carrier a mis fin au débat à sa sortie du banc des pénalités.

Comme dans le revers de 4-2 contre Val-d'Or mercredi, les Gatinois (27-31-5) avaient pris les devants 2-0 en première période sur des buts de Joey Richard et Yakov Trenine, mais Tim Wieser a inscrit les locaux à la marque dans la période médiane. David Storto et Nicolas Poulin ont ensuite marqué deux fois en 29 secondes à la 46e minute de jeu pour chasser le gardien Nicolas Lachance. Ce dernier a cédé trois fois sur 15 tirs des Sherbrookois. Il a été remplacé par François Brassard, qui a arrêté les huit autres lancers du Phoenix (32-25-6) pendant le match.

Élie Bérubé a égalé la marque 3-3 en fin de troisième période en récupérant son propre retour après un brillant arrêt d'Alex Bureau. Bérubé a ensuite participé au but de la victoire en prolongation. Valentine Zykov et Louick Marcotte ont récolté des passes dans la victoire pour porter leur séquence à 10 matches avec au moins un point.

Un départ canon

«Nous avons connu un départ canon, puis nous avons arrêté de patiner en deuxième période. Le Phoenix a compté deux buts rapides en troisième période où notre gardien a été faible. Je l'ai retiré, car je ne croyais pas que ce match était fini. François Brassard a fait les arrêts qu'il avait à faire, puis nos défenseurs Bérubé et Carrier ont compté de gros buts», a expliqué l'entraîneur Benoît Groulx.

Les deux mêmes équipes s'affronteront dimanche au centre Robert-Guertin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer