Une occasion à saisir pour les Olympiques

Si les Olympiques ont repris du poil de... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Si les Olympiques ont repris du poil de la bête la semaine dernière, c'est que François Brassard a fait les arrêts clés.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Encouragé par l'effort déployé par ses joueurs la semaine dernière, Benoît Groulx espère que son club va reprendre là où il avait laissé après leur victoire convaincante contre les Remparts de Québec.

Les Olympiques (21-30-5) seront bien reposés pour accueillir les Saguenéens de Chicoutimi (24-25-5) vendredi soir. Les Gatinois n'ont pas joué depuis vendredi dernier, alors que les Saguenéens étaient en action, jeudi, à Sherbrooke.

«Nous devons être prêts. Il n'y a aucune raison de ne pas l'être. Notre but, c'est d'améliorer l'équipe d'ici la fin de la saison et c'est ce que nous avons vu dans les deux derniers matches contre l'Armada et les Remparts. J'aime l'ambiance qui règne dans notre vestiaire. Nos joueurs sont sereins, mais nous sommes encore dans la même position que la semaine dernière», a expliqué l'entraîneur-chef.

Cette position, c'est la 17e, qui ne donne pas accès aux séries éliminatoires. Les Gatinois ont encore deux points de retard sur les Voltigeurs de Drummondville qui viennent de perdre leurs huit derniers matches.

À présent, Benoît Groulx voudrait voir son club jouer comme il l'a fait la semaine dernière. «Notre plus grand défi est d'apporter de la constance dans notre jeu. Nous sommes reposés. Nous sommes relativement en santé. Je m'attends à une autre grosse performance de notre club.»

Les Saguenéens doivent composer avec une attaque décimée par les blessures depuis quelques semaines. Cinq joueurs dont les vétérans Alexandre Ranger, Gabryel Paquin-Boudreau et Samuel Hodhod sont à l'écart du jeu, mais la troupe de Yanick Jean continue de donner du fil à retordre à ses adversaires.

«J'ai regardé leurs derniers matches. Ils ont perdu 4-3 contre Moncton et gagné 6-0 contre Drummondville. J'ai trouvé qu'ils n'avaient pas commis beaucoup d'erreurs. Laurent Dauphin était à son mieux. C'est une des plus vieilles équipes de la ligue et elle joue avec confiance», a expliqué Benoît Groulx.

La clé de la réussite

Si son équipe a repris du poil de la bête la semaine dernière, c'est que François Brassard a fait les arrêts clés. Mieux, quatre de ses meneurs en attaque ont élevé leur jeu d'un cran. À eux seuls, Yakov Trenine, Valentine Zykov, Yan-Pavel Laplante et Louick Marcotte ont décoché 43 tirs au but en deux matches.

«C'est énorme, signale Groulx. Ça démontre qu'ils ont eu un impact majeur dans ces parties. Ils ont été efficaces parce qu'ils se sont rendus au filet avec et sans la rondelle. Ils ont fait les jeux simples en entrée de zone. Ils ont placé des rondelles dans le fond de la zone et ils sont allés les chercher. Ils ont accepté de payer le prix dans leurs batailles.»

Groulx a ajouté que Trenine commençait à prendre ses aises au centre. «Le centre était sa position à la base, mais il a joué longtemps à l'aile à cause de nos autres jeunes centres. Trenine, Zykov et Laplante ont tous été blessés pendant de longues périodes. Ils commencent à prendre leur envol. Laplante a joué son meilleur hockey depuis qu'il est avec nous dans les trois derniers matches.»

François Brassard défendra la cage des Olympiques dans un quatrième match de suite. Ce séjour de cinq matches à domicile prendra fin dimanche contre l'Océanic de Rimouski.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer