«Nous ne sommes pas un club de bas de classement»

Louick Marcotte reconnaît que la relance des Olympiques... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Louick Marcotte reconnaît que la relance des Olympiques devra passer par lui et les autres vétérans du club.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand Louick Marcotte a su qu'il devenait un Olympique au dernier repêchage de la LHJMQ, il s'attendait à obtenir une chance de remporter une deuxième coupe du Président consécutive.

Le joueur de 20 ans acquis des Foreurs de Val-d'Or peine à croire ce qu'il voit quand il consulte le classement du circuit Courteau aujourd'hui. «Depuis le début de la saison, nous savons que nous ne sommes pas un club de bas de classement. C'est terrible de nous voir en 17e place avec les joueurs que nous avons», concède-t-il.

L'ancien marqueur de 100 points reconnaît que la relance des Olympiques devra passer par lui et les autres vétérans du club. Ce n'est peut-être pas un hasard s'il a connu son meilleur match des dernières semaines samedi.

«J'ai parlé avec Benoît (Groulx) avant le match. On ne se le cachera pas. J'ai besoin d'en donner plus. J'ai 20 ans et je ne veux pas finir ma carrière en mars. J'ai gagné l'an dernier et je veux le faire encore cette année. Ça faisait quelques matches où ça n'allait pas bien pour moi. Il fallait que je me réveille», dit le meilleur compteur du club avec 49 points.

Malgré la récente victoire, l'entraîneur a haussé le ton depuis deux jours. Le vétéran Marcotte estime que c'est «parfait» comme ça.

«Nous avons gagné, mais ce n'était pas facile. Il ne faut pas se satisfaire de cette victoire. Le traitement qui nous a été réservé est celui qui survient habituellement après des défaites, mais Benoît essaie de nous faire comprendre que nous avons empoché deux points sans connaître un grand match.»

Marcotte assure qu'il est de ceux qui croient que les Olympiques peuvent accéder aux séries éliminatoires. «Nous ne sommes pas obligés de le faire par la peau des fesses non plus. On peut encore finir en 14e ou 15e place et aider notre sort. Il faudrait commencer par gagner nos deux prochains matches à la maison.»

Jfplante@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer