Brassard saisit sa chance

François Brassard.... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

François Brassard.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le 8 janvier dernier, François Brassard a cru que sa carrière junior était terminée. Retranché par les Screaming Eagles du Cap-Breton pour faire place à un autre joueur de 20 ans, il n'avait pas été réclamé au ballottage de la LHJMQ. Il était aussi trop tard pour se trouver un poste dans la Ligue de l'Ontario.

Le 9 janvier, une porte s'est ouverte quand Brandon Whitney s'est blessé sérieusement à l'aine lors d'un entraînement matinal des Olympiques à Halifax. Il fallait obtenir un diagnostic rapidement parce que toutes les équipes du circuit Courteau avaient jusqu'au 10 janvier pour soumettre leurs alignements finaux. Comme la période de convalescence de Whitney allait durer au moins six semaines, les Olympiques se sont tournés vers François Brassard.

En attente chez lui, l'appel ne pouvait pas survenir à un meilleur moment pour l'ancien espoir des Sénateurs d'Ottawa. Le gardien de 20 ans obtenait ainsi une autre chance de relancer sa saison et sa carrière. Donnant l'impression d'être en mission ce week-end, il a passé ses deux premiers tests.

L'ancien gardien numéro un des Remparts de Québec et des Screaming Eagles a été étincelant dans une victoire de 4-1 contre les Huskies de Rouyn-Noranda vendredi. Il avait limité les Huskies à un but dans une première période où il avait été bombardé de 22 tirs. Il n'a reçu que sept autres tirs par la suite, mais il a fermé la porte avec un score de 2-1 en deuxième période en captant une rondelle avec sa mitaine lors d'une descente à trois contre un des visiteurs.

Benoît Groulx l'a renvoyé dans la mêlée samedi pour la visite des Sea Dogs de Saint-Jean. Cette fois, il a réalisé 30 arrêts pour guider les Olympiques à une victoire de 4-2. Brassard a été à son meilleur dans le dernier vingt où il a bloqué les 17 tirs des Sea Dogs pour permettre aux siens de combler un déficit de 2-1. Avant sa venue à Gatineau, les Olympiques avaient passé 13 matches consécutifs où ils avaient accordé au moins trois buts.

Encensé par Groulx

Benoît Groulx a été élogieux envers son nouveau gardien après le troisième gain consécutif des Olympiques samedi. Après tout, Brassard aura remporté son duel contre Sébastien Auger, un des meilleurs gardiens de la LHJMQ. Ce dernier a réalisé 35 arrêts, dont quelques-uns à bout portant.

«Quand c'était 2-1, je me suis dit que ce match devait se jouer entre les deux gardiens de 20 ans. Je pense que nous avons eu les meilleures chances de compter. Auger a été tantôt chanceux, tantôt spectaculaire. De notre côté, Brassard a joué avec confiance et désinvolture à ses deux premiers matches. Ça fait du bien à notre équipe. Ils voient bien que ce n'est pas un gars nerveux. Nos joueurs ont besoin d'avoir un joueur comme ça derrière eux.»

De son côté, François Brassard disait qu'il voulait profiter au maximum de la chance de poursuivre sa carrière, surtout près de la maison.

«C'est une source de motivation supplémentaire d'avoir une autre chance. J'ai eu peur que ma carrière junior soit terminée. Ça me donne un second souffle et je veux finir en beauté. Les victoires de la fin de semaine font du bien au club. Elles me font du bien aussi. Ça faisait un petit bout que je n'en avais pas collé quelques-unes.»

La tenue de Brassard en a rassuré plusieurs en fin de semaine. Les Olympiques voudront toutefois qu'il poursuive dans la même veine parce qu'ils ont besoin d'ajouter à leur séquence de victoires afin de remonter le classement.

Jfplante@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer