Trop de passes, pas assez de lancers

Bien des maris n'ont pas trouvé le cadeau parfait pour leur épouse à Noël. (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bien des maris n'ont pas trouvé le cadeau parfait pour leur épouse à Noël.

Au retour de la pause des Fêtes, les Olympiques de Gatineau cherchaient à compléter des jeux parfaits, eux aussi, mais la plupart du temps, leurs tentatives ont échoué.

Nettement plus opportunistes, les Voltigeurs de Drummondville en ont profité pour repartir du centre Robert-Guertin avec un gain de 4-2 hier devant une foule annoncée de 2838 amateurs.

C'était une grosse victoire pour les visiteurs puisque les deux clubs étaient à égalité au dernier rang de la division Telus avant cet affrontement. Gatineau (15-18-4) se retrouve donc seul dans la cave, même si leur recul sur la troisième place détenue par Val-d'Or n'est que de trois points.

Drummondville (17-17-2) a pris une option sur la victoire avec une poussée de deux buts en deuxième période. Cedric Montminy et Georg Golovskovs qui ont donné la réplique au défenseur Daniel De Sousa après un premier tiers qui s'était soldé par un compte égal de 1-1.

Louick Marcotte, auteur du premier but des Olympiques, a obtenu la meilleure chance de créer l'égalité en troisième, mais le gardien Joe Fleschler a sorti la jambière pour le frustrer. Avec moins de deux minutes à jouer, Christophe Lalancette a scellé l'issue du match en déjouant Nicolas Lachance, après que les Olympiques aient exercé une pression en zone adverse pendant près d'une minute.

«Cette présence-là résume bien notre match, on a eu des chances de mettre la rondelle au but, mais on a fait des passes à la place. Nous n'avons pas vraiment eu de chance de compter là-dessus. C'est ça la différence dans ce match, on a passé sur nos chances de marquer au lieu de lancer», a résumé l'entraîneur adjoint Éric Landry après coup, lui qui partage le travail avec Martin Lafleur derrière le banc en l'absence de Benoît Groulx.

Quand les Olympiques ont complété leurs jeux, Fleschler s'est souvent dressé, lui qui a repoussé 26 de leurs 28 tirs. Il a été déjoué sur deux tirs parfaits, chaque fois en provenance de l'enclave.

À l'autre bout, Lachance a gardé les siens dans la rencontre après un début de match plus difficile. Il a cédé sur un tir du revers apparemment anodin du joueur affilié Antoine Dufour-Lapointe, acquis récemment de Blainville-Boisbriand, à la fin d'un avantage numérique à la sixième minute de jeu.

«On a connu un départ lent, moi en particulier, a admis Lachance après ce match où il a fait face à 29 lancers. Au fur et à mesure que le match avançait, je me sentais plus 'dedans'. J'ai essayé de faire des gros arrêts pour garder le club dans le match et ça m'a mis plus en confiance. Ils essayaient beaucoup de passes en travers (de la zone) et les défenseurs ont fait du bon travail pour couper les passes. Je n'avais qu'à mettre mon corps devant les rondelles», a indiqué Lachance, qui s'est particulièrement illustré en milieu de troisième tiers.

Les Olympiques, qui n'ont remporté que deux de leurs 10 derniers matches, tenteront de mettre un terme à une série de deux défaites ce soir en rendant visite au Phoenix de Sherbrooke.

Ils termineront ensuite l'année 2014 en recevant la visite des Huskies de Rouyn-Noranda mercredi après-midi à 14h.

Avant le match, l'ancien défenseur des Olympiques et des Devils du New Jersey, Colin White, a profité de son passage dans le coin pour effectuer la mise au jeu protocolaire.

Mbrassard@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer