Dunn ne se gêne pas pour faire mal aux Olympiques

L'ancien des Olympiques Vincent Dunn a marqué un... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

L'ancien des Olympiques Vincent Dunn a marqué un but en plus de jeter les gants dans la victoire des siens.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'Océanic de Rimouski a eu le meilleur dans le duel des grands absents au centre Robert-Guertin, vendredi soir.

Les visiteurs étaient privés de sept joueurs, dont les grosses pointures que sont Frédérik Gauthier, Samuel Morin, Jan Kostalek et Michaël Joly. De leur côté, les Olympiques avaient neuf réguliers qui n'étaient pas en uniforme.

Malgré tout, les quelque 2000 spectateurs qui ont assisté au match ont eu droit à une partie intense, robuste et partagée, qui a finalement basculé à l'avantage des visiteurs. C'était 3-3 après deux périodes, mais l'Océanic (23-8-2) a inscrit trois buts sans riposte dans le dernier tiers pour l'emporter 6-3. Le Gatinois Vincent Dunn avait hâte de patiner sur la glace du «Vieux Bob». Il a su se faire remarquer.

Il a marqué le deuxième but des siens en se mettant le nez dans le «trafic» en plus de passer 21 minutes au cachot avec trois mineures, une majeure et une inconduite. En deuxième période, il a engagé un furieux combat contre son ancien coéquipier, Élie Bérubé. Ce dernier n'est pas habitué à laisser tomber les gants, mais Dunn ne lui a pas donné le choix.

«Il venait de geler Anthony DeLuca. Je n'ai rien contre lui, mais ce sont les circonstances qui ont mené au combat. C'est plate que j'aie eu 17 minutes là-dessus. Les spectateurs m'ont dérangé au banc des punitions, mais ça m'est égal. Ça me pompe», a indiqué l'ancien des Olympiques.

Une dent contre Marcotte

Pendant tout le match, il a eu maille à partir avec Louick Marcotte, qui était lui aussi dans son élément. Marcotte a compté deux fois en avantage numérique pour atteindre le plateau des 20 buts. Il semblait affamé. Il a été ovationné en deuxième période quand il a bloqué trois tirs consécutifs pendant une punition des siens. Il a souvent échangé des paroles avec la peste de l'Océanic.

«Je l'ai invité à laisser tomber les gants. J'attends toujours. De toute façon, je suis juste content d'avoir gagné. J'avais mis de l'argent au tableau. J'ai bien aimé mon retour à la maison!»

Les Olympiques (14-16-4) ont chèrement vendu leur peau dans cette partie chaudement disputée, mais ce ne fut pas suffisant pour éviter une cinquième défaite consécutive. Les nombreuses punitions de l'Océanic leur ont permis de se tenir dans le coup. Les deux buts de Marcotte ainsi que celui d'Alex Dostie ont été comptés avec l'avantage d'un joueur sur la patinoire.

Guillaume McSween a toutefois brisé l'égalité de 3-3 en troisième période à l'aide d'un tir de la pointe pendant que le gardien Brandon Whitney avait la vue voilée. Alexis Loiseau a ensuite donné le coup de masse aux Gatinois en ajoutant le but d'assurance pendant que les locaux évoluaient en avantage numérique. Anthony Chapados a complété dans une cage déserte. Samuel Laberge a été l'autre rimouskois à battre Whitney, qui a fait face à 35 tirs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer