Groulx et Hamel approuvent le choix de Murray

Benoît Groulx... (PATRICK WOODBURY, Archives LeDroit)

Agrandir

Benoît Groulx

PATRICK WOODBURY, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Non, Benoît Groulx n'a pas été considéré pour le poste d'entraîneur-chef des Sénateurs d'Ottawa. De toute façon, alors qu'il se prépare à prendre la barre d'Équipe Canada junior, il ne pouvait pas déserter cette équipe une deuxième fois.

L'entraîneur des Olympiques de Gatineau pense cependant que le dg Bryan Murray a pris une bonne décision en se tournant vers Dave Cameron pour succéder à Paul MacLean, congédié hier.

Les deux hommes se connaissent bien alors que Groulx a été l'adjoint de Cameron lors du tournoi Ivan-Hlinka pour les moins de 18 ans à l'été 2004, Équipe Canada ramenant une médaille d'or de ce tournoi avec l'aide de joueurs tels Carey Price, Gilbert Brule, Andrew Cogliano et Bryan Little.

Cameron devait aussi être l'adjoint de Groulx quand il avait obtenu le poste en vue du Championnat mondial junior de 2009 à Ottawa. Quand ce dernier s'est plutôt retrouvé à Rochester, dans la Ligue américaine, cette saison-là, Cameron appuyait Pat Quinn quand le Canada a remporté l'or.

«Dave est une très bonne personne. C'est un travailleur acharné. Il est à l'écoute des joueurs, mais aussi de son entourage. Sa capacité d'enseigner et celle de respecter les autres sont des grandes valeurs pour lui», a confié Groulx au Droit.

En le nommant hier, Murray a justement parlé de ce talent de Cameron.

«Je ne sais pas s'il est un entraîneur proche des joueurs ou un entraîneur exigeant. Mais je sais qu'il est un enseignant... Nous n'avons pas beaucoup de vétérans, et nos jeunes joueurs devraient bien aimer Dave», a dit Murray.

Ancien protégé de Cameron avec les Senators de Binghamton pendant ses trois saisons avec le club école d'Ottawa (2004 à 2007), Denis Hamel est lui aussi d'accord avec cette évaluation.

«La première année (2004-2005), c'était l'année du lock-out et plusieurs joueurs de la LNH étaient descendus, on avait un bon club. Il avait probablement trouvé ça différent du junior, il devait composer avec des gars plus vieux. Moi, ce que j'avais bien aimé de lui, c'est qu'il avait établi une bonne communication avec tout le monde.

«Il est facile d'approche, il s'assoit avec ses joueurs pour apprendre à les connaître et c'est probablement pour ça qu'il est rendu où il est maintenant. Il veut que tous les joueurs soient heureux dans son équipe», a confié Hamel, un vétéran de 16 saisons chez les pros, surtout dans la Ligue américaine.

«Quand il a besoin de parler à un joueur, ce ne sera pas devant tout le monde... Ça me surprendrait qu'un de ses anciens joueurs ait quelque chose de négatif à son sujet», a ajouté Hamel, qui travaille maintenant dans le domaine de la construction domiciliaire.

À noter que les Senators de Binghamton de 2004-2005, renforcés par la présence de Jason Spezza, Antoine Vermette, Chris Neil, Chris Kelly et Ray Emery, notamment, se sont inclinés en première ronde des séries de la Ligue américaine après avoir terminé au premier rang de leur division. Ils avaient compilé une fiche de 47-21-12.

Mbrassard@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer