Whitney se dresse devant le Phoenix

Brandon Whitney... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Brandon Whitney

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour un deuxième dimanche consécutif, un gardien a volé la vedette dans un match impliquant les Olympiques de Gatineau.

Si Philippe Cadorette du Drakkar de Baie-Comeau avait privé les Gatinois de deux points la semaine dernière, Brandon Whitney a joué le même tour au Phoenix de Sherbrooke hier en repoussant chacun de leurs 28 tirs pour conduire les Olympiques à une victoire de 1-0 au Palais des Sports Léopold-Drolet.

De retour au jeu après avoir raté un match en raison d'une blessure au genou, Alexandre Alain a fourni à son gardien sa seule marge d'erreur en comptant le seul but des Gatinois en troisième période. Époustouflant dans une première période où le Phoenix a multiplié les attaques autour de son filet, Whitney a signé le 12e jeu blanc de sa carrière dans la LHJMQ. C'est également la première victoire en trois départs du géant de 6'5» depuis son acquisition des Tigres de Victoriaville.

«Brandon a été excellent dans les 10 premières minutes de jeu. Ça avait l'air tellement facile pour lui. Il a fait comprendre à toute l'équipe que nous avions une chance de gagner avec lui devant notre filet. Nous avons joué avec acharnement pendant le reste du match. Quand tu joues sur la route, qu'il te manque neuf joueurs réguliers et que ton gardien numéro un te donne une performance de la sorte, ça rapproche une équipe», a raconté Benoît Groulx.

À l'autre bout de la patinoire, Alex Bureau s'est aussi signalé dans la troisième période d'un duel de gardiens. «Nous avons provoqué une multitude des chances de compter après notre premier but, mais Bureau a fermé la porte. Il a fallu se battre pour chaque pouce de glace», a ajouté Groulx dont le club avait perdu deux autres soldats dans la défaite à Rimouski vendredi.

Les défenseurs Élie Bérubé (commotion cérébrale) et Fraser Turner (bas du corps) n'ont pas affronté le Phoenix. Alex Breton avait été rappelé du midget AAA et Benoît Groulx a joué avec cinq défenseurs.

Vulnérables

«Nous étions vulnérables défensivement contre l'attaque explosive du Phoenix. Alexandre Carrier et Mickaël Beauregard ont connu un match phénoménal. Daniel De Sousa a été bon, mais je lève mon chapeau à Alex Breton et Matt Sartoris, qui nous ont rendu de fiers services. Sartoris et Tom Pajonkowski (en attaque) ont donné de bonnes mises en échec», a expliqué Groulx.

La durée de l'absence de Bérubé est indéterminée, mais Groulx ne prévoyait pas une longue convalescence pour Turner.

La prestation de Whitney arrivait au bon moment pour les Olympiques qui affrontaient l'équipe de première position de leur division avec des effectifs réduits. L'équipe a fait appel à quatre joueurs affiliés hier. Malgré tout, c'était la première fois en 10 matches que les Gatinois accordaient moins de quatre buts dans un match.

Il faut dire que les Olympiques (11-10-4) ont le numéro du Phoenix (14-8-1). Depuis leur retour dans la LHJMQ, Sherbrooke n'a pas vaincu les Gatinois en temps réglementaire en 14 parties.

jfplante@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer