Olympiques: Deslauriers ne changera pas d'idée

Hors de question pour le défenseur trifluvien Jean-Simon... (ETIENNE RANGER, archives LeDroit)

Agrandir

Hors de question pour le défenseur trifluvien Jean-Simon Deslauriers de revenir dans l'alignement des Olympiques. Ni de jouer au hockey d'ailleurs. Il répète qu'il se concentre maintenant sur ses études.

ETIENNE RANGER, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Olympiques de Gatineau devront faire une croix sur Jean-Simon Deslauriers. L'excellent défenseur de 19 ans ne sortira pas de sa retraite.

L'ancien choix de première ronde des Screaming Eagles du Cap-Breton avait surpris l'entraîneur-chef Benoît Groulx deux jours avant le début du camp d'entraînement en lui annonçant sa retraite du hockey compétitif. Défenseur par excellence des Olympiques en deuxième moitié de saison 2013-14, Deslauriers voulait axer ses efforts sur ses études qui avaient pris du retard depuis le début de sa carrière dans la LHJMQ.

La direction des Olympiques n'avait pas fermé la porte à son retour en deuxième moitié de saison. Cette porte s'est ouverte plus que jamais quand Benoît Groulx a fait l'acquisition du gardien Brandon Whitney, un gardien de premier plan, la semaine dernière. Un retour de Deslauriers donnerait encore plus de mordant à la défensive gatinoise lors des prochaines séries éliminatoires, mais le principal intéressé a balayé cette possibilité du revers de la main lorsque joint par LeDroit cette semaine.

« Il n'y a aucune chance que je revienne. J'ai pris une décision réfléchie au mois d'août. Mes études n'avançaient pas et il ne se passait pas grand-chose dans le hockey non plus. J'ai établi une nouvelle routine maintenant et je vis très bien avec ça. »

Benoît Groulx a toujours pensé que sa brigade défensive serait une des meilleures de la LHJMQ avec Alexandre Carrier, Jean-Simon Deslauriers, Élie Bérubé, Mickaël Beauregard et Marc-Olivier Crevier-Morin dans son alignement. Or, deux de ces défenseurs n'ont pas joué un seul match cette saison.

Espoir de courte durée

Quand Groulx a mis la main sur Brandon Whitney la semaine dernière, le nom de Deslauriers est revenu dans l'actualité. L'entraîneur gatinois avait cependant indiqué qu'il n'avait pas l'intention de relancer le défenseur de Trois-Rivières. « Tout a été dit entre nous deux. Par contre, si ses coéquipiers veulent lui tendre une perche... »

Ceux-ci ont saisi la balle au bond, mais leurs espoirs ont été de courte durée.

« Ce serait très pratique de l'avoir, mais je n'ai pas grand espoir, a raconté Élie Bérubé. Jean-Simon se concentre sur ses études. Ce n'était pas lui qui aimait le plus le hockey dans notre vestiaire. Il s'ennuie de la gang, mais pas du hockey. Que nous ayons une équipe très forte ne changera rien pour lui. »

Au téléphone, Jean-Simon Deslauriers confirme qu'il n'a plus la tête au hockey. Il ne fait même pas partie d'une équipe actuellement.

« J'attends que les patinoires extérieures ouvrent avant de patiner. Je m'ennuie un peu des gars, mais je n'y pense pas chaque soir avant de me coucher », a dit celui qui est inscrit à huit cours au Cégep actuellement.

Chaque fois que le Trifluvien pensait à jouer pour le plaisir cette saison, il arrivait toujours à la même conclusion.

« Mon avenir n'est pas dans le hockey. En pensant à ce que je veux faire plus tard, ce n'est pas tellement logique de continuer à jouer. »

La réponse de Deslauriers a le mérite d'être claire. Si Benoît Groulx veut continuer à améliorer son équipe dans un mois, il devra se résoudre à passer par le marché des transactions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer