Les Olympiques nomment deux capitaines

Louick Marcotte sera le capitaine des Olympiques sur... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Louick Marcotte sera le capitaine des Olympiques sur la route.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La contre-performance des Olympiques vendredi aura au moins servi à quelque chose.

Pour la première fois de la saison, les Gatinois avaient un capitaine sur la patinoire hier. Mickaël Beauregard avait troqué le «A» pour le «C» sur son chandail. Louick Marcotte arborera le «C» sur la route. Selon Benoît Groulx, ce n'était pas le fruit du hasard.

«Tout ça découle de nos rencontres de samedi. Deux joueurs de 20 ans que nous avions identifiés comme leaders sont venus nous voir pour nous dire qu'ils étaient prêts à assumer une plus grande part de leadership. Notre journée a commencé tôt, mais elle a apporté quelque chose. C'est fini le temps des pratiques punitives sans but et qui ne servent à rien. Ceux qui prétendent que nous avons tenu des entraînements punitifs, je les emmerde. Si ça avait été punitif, je ne pense pas que nous aurions eu les jambes que nous avions aujourd'hui (hier).»

Benoît Groulx ne s'est pas arrêté là. «J'aurais pu amener les joueurs au bowling et organiser un souper d'équipe. Ça aurait duré six heures, ça aussi, mais je ne pense pas qu'on serait sorti de cette journée avec deux capitaines.»

L'entraîneur avait nommé trois assistants depuis le début de la saison et il attendait le moment propice avant de nommer un capitaine. «Après nos rencontres de samedi, nous avons senti ce besoin. La beauté de la chose, c'est que les joueurs l'ont senti aussi. Beauregard et Louick Marcotte sont des joueurs importants dans notre équipe. Dans les exercices de samedi, il était clair qu'ils étaient respectés et que leur message passait.»

Les deux hockeyeurs de 20 ans sont allés cogner à la porte des entraîneurs avant le match d'hier avec l'idée de prendre les rênes de l'équipe.

«On l'a vu vendredi que nous ne formions pas assez une famille. Nous n'avions pas l'air d'une vraie équipe. Les gars ont besoin d'avoir des personnes sur qui se rallier quand ça va moins bien», a indiqué Beauregard.

La goutte de trop

Louick Marcotte a ajouté que la contre-performance de vendredi a été la goutte qui a fait déborder le vase. «Il y a eu une accumulation de frustrations. Nous avons les atouts pour avoir une très bonne équipe. Nous l'avons démontré aujourd'hui même dans la défaite. Samedi a été une grande journée d'apprentissage. Nous avons pratiqué jusqu'à ce que nous ayons l'air d'une équipe sur la glace. On s'est levé à cinq heures. On a fait deux pratiques. On est resté à l'aréna pendant un bon bout. Aujourd'hui, nous avons montré du caractère. Nous avons joué en équipe.»

Est-ce que cette rencontre matinale pourrait s'avérer un point tournant dans la saison?

«Oui, répond Beauregard. On l'a montré en jouant jusqu'à la fin pour aller chercher le gros but.»

Marcotte a ajouté un bémol. «La vraie réponse, nous l'aurons dans deux à trois mois. On vient de faire un pas dans la bonne direction, mais on est encore loin de ce qu'on veut atteindre.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer