Anthony Brodeur s'interroge sur son avenir

Le gardien Anthony Brodeur.... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le gardien Anthony Brodeur.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le monde d'Anthony Brodeur a basculé hier matin quand Brandon Whitney est devenu un Olympiques.

Du jour au lendemain, il a perdu son titre de gardien numéro un. Et à un bien mauvais moment. À 19 ans, il essaie de convaincre les Devils du New Jersey de lui offrir un premier contrat professionnel.

Le vétéran de deuxième saison cherchait ses mots pour exprimer ce qu'il ressentait après un dur entraînement à l'aréna Sabourin hier. «Je ne sais pas trop quoi penser. C'est dur à prendre. En même temps, c'est à moi de mieux jouer. À date, ma saison ne va pas comme je l'avais pensé. Il faut que je travaille plus fort pour montrer ce que je peux faire.»

Ce pas en arrière l'amènera-t-il à revoir sur son avenir avec les Olympiques?

«Je ne sais pas ce qui va arriver. On verra dans les prochains mois. C'est sûr que je veux être le numéro un. C'est une grosse année pour moi. Je veux montrer à tout le monde ce que je peux faire, je ne l'ai pas encore fait.»

À sa défense, les Gatinois ont multiplié les bourdes défensives devant lui cette saison. Le jeu défensif décousu des Olympiques a fait perdre les cheveux qui restaient sur le crâne de Benoît Groulx, mais Brodeur accepte de prendre le blâme. «Les erreurs arrivent au hockey et c'est au gardien de réparer les dégâts.»

Trois gardiens en poste

Pour l'instant, Benoît Groulx compte garder ses trois gardiens. Il a parlé avec Nicolas Lachance en matinée, mais il n'avait pas encore discuté avec Brodeur. «Lachance et Brodeur sont de bons gardiens, sauf qu'ils n'ont pas l'expérience de Whitney. Je vais parler à Anthony pour voir ce qu'il pense de la situation avant de décider ce que nous allons faire», a dit celui qui compte envoyer son nouveau venu devant le filet demain soir pour la visite des Islanders de Charlottetown.

Whitney a joué pour les Tigres à Baie-Comeau mardi. L'équipe est rentrée à la maison à sixheures du matin. Il devait arriver à Gatineau hier soir. Il n'a pas retourné l'appel du Droit.

Nicolas Lachance s'interrogeait aussi sur son avenir hier. «C'était à moi de faire mes preuves avant que l'échange arrive. Je ne contrôle pas la situation. Je vais y aller au jour le jour.»

De son côté, Phil Pietroniro est allé casser la croûte avec ses coéquipiers une dernière fois avant de prendre la route de Victoriaville. Les Tigres formeront sa quatrième équipe en trois ans dans la LHJMQ.

«Ce n'est jamais facile d'être échangé, mais ça fait partie du jeu. L'équipe a jugé qu'elle avait besoin d'un gardien. Elle en a obtenu un. Comme chaque équipe peut aligner trois joueurs de 20 ans, quelqu'un devait partir. Ça ne veut pas dire que les Olympiques ne me voulaient pas. Ils essaient de faire ce qu'il y a de mieux pour leur équipe. Quant à moi, je suis excité d'avoir une opportunité dans une équipe qui voulait obtenir mes services.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer