Phil Pietroniro 1, Marco Pietroniro 0

Phil Pietroniro.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Phil Pietroniro.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Phil Pietroniro a gagné les droits de se vanter pendant toute une semaine auprès de son père.

En aidant les Olympiques à vaincre le Drakkar dirigé par Marco Pietroniro, le fils a gagné la première bataille, hier. Une autre rencontre entre les deux clubs est prévue samedi prochain. C'était la première fois que le défenseur de 20 ans affrontait son père dans son nouveau poste d'entraîneur-chef.

«J'avais déjà joué contre lui quand j'étais à Shawinigan et qu'il était un entraîneur adjoint à Val-d'Or. Aujourd'hui (hier), c'était un match comme un autre pour moi, sauf que le coach adverse était mon père! C'est quelque chose de spécial, mais nous n'avions pas fait de gageure. Je pourrai me vanter toute la semaine auprès de lui, car nous serons à Baie-Comeau samedi», a expliqué celui qui a obtenu la passe principale sur le premier but du match des Gatinois.

Phil Pietroniro était content de renouer avec son père hier. Le hockey les a souvent séparés depuis des années, mais l'an dernier, ils avaient été réunis chez les Foreurs de Val-d'Or où ils ont soulevé la coupe du Président. «Nous avons été chanceux l'an dernier parce que mon père n'est pas un «hockey dad» comme les autres. Quand j'étais bantam, il dirigeait une équipe en Arizona. J'ai quitté la maison à 17 ans pour jouer dans la USHL. J'aime donc passer du temps avec lui quand c'est possible.»

Phil est l'aîné d'une famille de cinq garçons âgés entre 20 et 12 ans, tous des joueurs de hockey. Chad est affilié aux Foreurs de Val-d'Or, mais évolue dans la USHL et Matteo est repêché par l'Armada et évolue à Jonquière dans la Ligue midget AAA. Les autres sont plus jeunes, mais «ils ont tous du talent pour évoluer dans la LHJMQ», pense Phil.

Un autre duo père-fils a attiré l'attention dans le vestiaire des Olympiques après le match d'hier alors que Martin Brodeur est venu déposer son équipement en vue d'une semaine d'entraînement à Robert-Guertin.

«C'est vraiment spécial ça hein?», a demandé Alex Dostie au représentant du Droit. L'excitation était palpable dans le vestiaire gatinois. Jake Coughler s'est levé en se pinçant quand le légendaire gardien a pris la porte avec son fils Anthony. Une belle semaine en vue à Guertin.

Jfplante@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer