Groulx s'inquiète de l'infirmerie qui déborde

L'entraîneur-chef des Olympiques, Benoît Groulx, se réjouit de... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Olympiques, Benoît Groulx, se réjouit de la bonne chimie qui règne dans le vestiaire malgré les nombreux blessés.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans son bureau du centre Robert-Guertin, Benoît Groulx grimace lorsqu'il consulte le calendrier du mois d'octobre.

Son club amorce une séquence de 12 parties en 26 jours en recevant l'Armada de Blainville-Boisbriand ce soir au centre Robert-Guertin. L'état de santé précaire de son équipe le préoccupe. Sept de ses joueurs sont à l'infirmerie et la majorité y sera à long terme. À l'entraînement d'hier, l'entraîneur avait 15 patineurs à sa disposition.

«Je ne m'inquiète pas de la façon dont nos joueurs vont se comporter. Ils ont déjà démontré qu'ils pouvaient gagner avec une formation décimée. Ce qui m'inquiète, c'est d'en perdre d'autres pendant notre séquence de 12 matches en 26 jours. Si nous sortons du mois d'octobre sans avoir perdu de soldats supplémentaires, je serai l'homme le plus heureux du monde.»

Une première vague de renforts est attendue au mois de novembre, mais Groulx craint une baisse d'énergie chez ses joueurs qui tirent l'équipe vers le haut actuellement.

«Va falloir gérer le repos de nos joueurs et raccourcir les entraînements. Nous avons passé au travers la tempête jusqu'à date, mais nos meilleurs joueurs étaient là. Maintenant, nous venons de perdre Alexandre Alain pour deux semaines. C'était notre centre numéro un.»

En compagnie de Louick Marcotte et Yakov Trenine, Alain était sur une lancée. Heureusement, Jonathan Bourcier a été en mesure de le remplacer au pied levé à partir dans le dernier match.

«Jonathan nous en donne plus que nous pensions. C'est un joueur transformé depuis trois matches où il a été un de nos meilleurs. Peu de gens le savent, mais Jonathan est un joueur populaire dans notre vestiaire. Il est très respecté de ses coéquipiers. C'est un joueur important dans notre équipe», ajoute Groulx au sujet du diminutif joueur de centre qui a inscrit trois buts à ses trois derniers matches.

Optimisme malgré tout

Malgré les blessures qui s'accumulent, Benoît Groulx conservait le sourire avant d'affronter l'Armada (2-3-1). Ses Olympiques (4-1-2) ont amassé des points dans six de leurs sept premiers duels de la saison.

«Notre équipe joue bien. Elle travaille fort. Nos gardiens font un superbe travail. Notre défensive est bonne. Nous saisissons nos chances de marquer. Il y a une bonne chimie dans notre vestiaire. Nos unités spéciales vont mieux que l'an dernier. Nos vétérans montrent le chemin et les jeunes contribuent.» Son club a beau être affecté par les blessures, il reste que Groulx sent qu'il y a une zone d'amélioration.

«Dans notre situation, nous aurons besoin de la contribution de joueurs qui n'ont pas encore pris leur envol. Nous n'avons pas encore vu le meilleur de Vaclav Karabacek, Alex Dostie et Joey Richard. Les deux derniers reviennent de longue convalescence (opération de l'épaule) et leur lent départ était à prévoir, mais ce que je retiens, c'est qu'ils n'abandonnent pas. C'est clair qu'ils veulent bien faire.»

Benoît Groulx est également impressionné par les débuts de saison de Louick Marcotte et Yakov Trenine. Les deux occupent une place parmi les 10 meilleurs compteurs de la LHJMQ.

«Marcotte amène du leadership sur son trio parce qu'il est entouré de recrues de 17 ans. Il s'occupe d'eux. Quant à Trenine, c'est une force de la nature. Il n'a que 17 ans, mais il est capable de faire des jeux extraordinaires. En plus, il bloque des tirs!»

Anthony Brodeur obtiendra le départ devant la cage des Olympiques ce soir. Alexandre Landreville devrait être rappelé de l'Intrépide une autre fois. Au moins un autre joueur sera rappelé. Hier, Groulx essayait de voir si Tommy Lapierre ou Peter Woulds pourraient venir lui donner un coup de main.

Partager

À lire aussi

  • Les Olympiques trébuchent

    Olympiques

    Les Olympiques trébuchent

    C'était une question de temps. Les Olympiques de Gatineau n'allaient pas continuer à gagner éternellement avec une formation réduite du tiers de ses... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer