Taylor Burke confirmé à titre de capitaine

Taylor Burke... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Taylor Burke

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sans surprise, Benoît Groulx a renouvelé le mandat du capitaine Taylor Burke pour une deuxième saison hier. L'attaquant de 19 ans aura toutefois trois nouveaux adjoints pour l'appuyer dans ses tâches.

Si les nominations d'Émile Poirier et Simon Tardif-Richard étaient prévisibles, l'entraîneur-chef et directeur général des Olympiques de Gatineau en a étonné quelques-uns en accordant un titre d'assistant à Alexandre Carrier. Le premier choix de l'équipe en 2012 fréquente toujours l'école secondaire puisqu'il aura 16 ans jusqu'au mois d'octobre.

L'entraîneur-chef n'en a pas tenu compte. Pour lui, l'important, c'est le respect voué envers les meneurs de son équipe.

«Maxime Talbot a été notre capitaine à 18 ans. Oui, Carrier est jeune, mais il est très respecté par ses coéquipiers. Son attitude et son éthique de travail sont numéro un. Il a connu toute une saison l'année dernière et nous pensons qu'il sera un candidat pour prendre la relève de Taylor Burke un jour. Il a toutes les qualités requises pour assurer la prochaine transition. En plus, Taylor et lui habitent déjà ensemble. Il a un bon modèle pour apprendre», a expliqué Benoît Groulx hier.

Carrier n'a pas pu livrer ses impressions sur sa nomination hier. Il a quitté le Centre Robert-Guertin en coup de vent pour se rendre à ses classes. Comme tous les joueurs inscrits à l'école secondaire, Carrier met fin à son entraînement 15 minutes avant les autres pour se rendre à l'école secondaire de l'Île, voisine de Guertin. Le défenseur n'a pu être joint en soirée par LeDroit.

Un exemple

Le choix de Taylor Burke allait de soi. Il était déjà capitaine l'an dernier. Ses preuves sont faites. Son leadership saute aux yeux sur la surface glacée. Il en est de même à l'extérieur de la patinoire. Assurément, Burke mène par l'exemple.

Le #19 a fait semblant d'être surpris hier quand il a été reconduit dans ses fonctions de capitaine, mais il avait un grand sourire accroché au visage. «Je veux poursuivre le travail entrepris par mes mentors. Je suis arrivé ici à 16 ans et Tye McGinn m'a pris sous son aile. Il m'a fait sentir à mon aise dès le départ. Jacob Conrad a également été un bon leader. L'an dernier, j'ai appris beaucoup avec Étienne Boutet. J'essaie de faire comme eux avec nos plus jeunes joueurs.»

Benoît Groulx a fait valoir que plusieurs candidats auraient pu hériter des deux autres postes d'adjoints à son capitaine. «Le choix final nous revient, mais à la fin de la dernière saison, nous avons consulté nos joueurs. Plusieurs noms sont sortis. Des joueurs comme Mickaël Beauregard et Jean-Simon Deslauriers ont fait beaucoup de chemin depuis qu'ils sont chez nous. Il fallait retenir quatre joueurs.»

En fin de compte, il a arrêté ses choix sur Émile Poirier et Simon Tardif-Richard. "Émile est un de nos meilleurs joueurs. C'est un joueur important. Simon est un joueur de 20 ans. Avec ce qu'il a accompli l'an dernier, il a pris sa place dans le vestiaire. Nos quatre leaders sont de bonnes personnes. Ils sont respectés de leurs pairs et ils sont capables de véhiculer le message des entraîneurs.»

Parce qu'il est déjà rendu à Calgary, Émile Poirier n'a pu commenter sa nomination hier. Simon Tardif-Richard s'est pour sa part dit honoré du titre.

«Benoît m'avait dit que mon nom sortait souvent parmi les leaders de l'équipe dans les réunions individuelles de fin de saison. Je suis rendu à 20 ans. Je suis prêt à assumer mon rôle et transmettre mon expérience aux plus jeunes.»

jfplante@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer