Les séries ont racheté une saison frustrante

«Nous avons connu des hauts et des bas.... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

«Nous avons connu des hauts et des bas. Nous n'avons pas atteint notre objectif de faire partie du premier tiers du classement général», soutient l'entraîneur-chef et directeur général des Olympiques Benoît Groulx.

Étienne Ranger, LeDroit

Partager

Une victoire inespérée en première ronde des séries éliminatoires de la LHJMQ aura permis aux Olympiques de Gatineau de panser leurs plaies de la saison régulière.

L'entraîneur-chef et directeur général des Gatinois ne s'est pas caché dans son point de presse où il a tracé le bilan de la 40e saison de l'histoire des Olympiques hier. Son équipe n'a pas répondu aux attentes en saison régulière.

>> Poursuivez la discussion dans le blogue de Jean-François Plante

«Nous avons connu des hauts et des bas. Nous n'avons pas atteint notre objectif de faire partie du premier tiers du classement général. Nous avons vécu beaucoup de frustrations en raison des blessures à des joueurs clés très tôt dans la saison, mais nous avons appris à connaître notre valeur réelle après Noël quand nous avons eu une équipe en santé. Nous avons rivalisé avec les meilleurs, ce qui nous a fait comprendre que nous étions meilleurs que notre 13e place au classement. En séries éliminatoires, quand nous avons retrouvé nos joueurs en santé, nous avions confiance de pouvoir causer une surprise contre Rimouski», a raconté Benoît Groulx.

Ce dernier est revenu souvent sur l'épidémie de blessures qui a affligé son équipe dès le début du camp d'entraînement quand Robert Steeves a dû être opéré à un genou. Le gardien numéro un devait s'absenter pendant une période de six mois, mais il est revenu au jeu après quatre mois avec un genou encore sensible. «Il a eu la permission du médecin de revenir au jeu, mais il n'était pas tout à fait à son aise. Sa confiance était affectée.»

Après Steeves, les Olympiques ont perdu Alexandros Soumakis dès le 11e match de l'année, puis Yannick Dubé (20 ans) n'a joué que 23 matches avant d'être victime d'une embolie pulmonaire.

«Ce sont des situations inattendues. Les blessures n'expliquent pas tout. À part Taylor Burke, la majorité de nos joueurs importants ont connu de lents débuts de saison. Par exemple, Émile Poirier, Tomas Hyka et Mickaël Beauregard ont mis du temps à se mettre en marche. C'est un phénomène commun chez des joueurs de deuxième année qui tiennent pour acquis que la deuxième saison sera plus facile.»

Plus de détails dans LeDroit du 16 avril 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer