Poirier s'est démarqué en séries

Émile Poirier... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Émile Poirier

Archives, LeDroit

Partager

Les visages étaient longs dans le vestiaire des Olympiques de Gatineau après leur élimination aux mains des champions de la saison régulière mercredi soir au centre Robert-Guertin.

Larmes, accolades et mots d'encouragements étaient de mise pour amortir le choc d'une autre fin de saison. Les Olympiques ont mis leurs tripes sur la table.

Les séries 2013 auront permis de racheter une saison décevante avec une victoire surprise contre l'Océanic de Rimouski. Les Olympiques se sont butés à une machine de hockey au deuxième tour, mais les partisans qui ont assisté aux deux duels dans le «Vieux Bob» ont eu droit à un spectacle du tonnerre. «Du vrai hockey des séries» comme l'ont dit le gardien Zachary Fucale et l'attaquant Jonathan Drouin.

Les Olympiques en ont eu plein les bras contre une formation composée de 10 choix de première ronde, mais s'il faut retenir une chose des séries 2013, c'est l'éclosion d'Émile Poirier, dont le jeu spectaculaire a volé la vedette au duo dynamique de Nathan MacKinnon et Jonathan Drouin.

«Émile a été un facteur déterminant dans notre victoire contre Rimouski. Il a été notre bougie d'allumage dans la série contre Halifax», a avancé Benoît Groulx.

Poirier a inscrit 10 points en 10 parties des séries, mais il s'est surtout fait remarquer par sa grande vitesse qui lui a procuré au moins une échappée par match.

Le numéro 27 a attiré l'attention de plusieurs dépisteurs de la LNH. Considéré comme le 43e espoir chez les patineurs nord-américains par le Centre de recrutement de la LNH en janvier, Poirier obtient maintenant quelques appuis comme espoir de première ronde selon certains recruteurs.

Le principal intéressé avouait être à bout de souffle à la fin de la série contre les Mooseheads, mais il tenait à s'époumoner sur la patinoire.

«Je voulais sortir en force et faire un bout de chemin en séries. Nous avons connu une saison décevante. Nous n'avons pas répondu aux attentes. Il fallait travailler plus fort. Benoît Groulx nous a bien préparés. Il nous a bien motivés. Personnellement, il y avait plusieurs espoirs de premier plan avec Rimouski et Halifax et j'ai voulu montrer ce que je pouvais faire contre eux. J'ai joué avec confiance et j'ai donné tout ce que j'avais. Ça va faire du bien de relaxer!»

Poirier a maintenant hâte de commencer la prochaine saison afin de développer son immense potentiel qui l'a fait passer d'une saison de 40 points en 2011-2012 à une saison de 70 points cette année.

«Nous avons une bonne équipe avec plusieurs jeunes. Nous avons beaucoup de choix de première ronde. L'avenir est prometteur et tout le monde est enthousiaste.»

Si tous les yeux étaient rivés sur Nathan MacKinnon et Jonathan Drouin dans cette série, c'est le vétéran Stefan Fournier qui a fait tout le dommage en marquant huit des 21 buts des siens. Les Olympiques n'ont marqué que cinq buts dans la série... Sur Twitter, un partisan allumé y est allé de cette analyse: «Fournier 8, Olympiques 5.»

Chaque fois que les Olympiques reprenaient espoir dans les deux matches à Guertin, le vétéran de 20 ans a répliqué avec des buts importants. Quand Fournier ne marquait pas, c'est Zachary Fucale qui fermait la porte aux Gatinois avec un arrêt spectaculaire.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer