Les Olympiques blanchis 7-0 dans le premier match

Les Mooseheads étaient trop forts

En relève à Robert Steeves, le gardien des... (Courtoisie du Chronical Herald)

Agrandir

En relève à Robert Steeves, le gardien des Olympiques Éric Brassard brille devant Matthew Boudreau, des Mooseheads, sur cette séquence. Ce dernier a toutefois réussi l'un des buts des siens dans la victoire de 7-0 à Halifax.

Courtoisie du Chronical Herald

Partager

(Halifax) Si les Olympiques de Gatineau avaient l'intention d'utiliser leur réputation de trouble-fête pour semer le doute dans l'esprit des Mooseheads d'Halifax dans le premier match de leur série quart de finale de la LHJMQ présentée au Metro Center hier soir, ils ont raté leur coup.

Les champions de la saison régulière n'ont laissé planer aucun doute sur leur supériorité en prenant une avance rapide de 4-0 dès la première période en route vers un gain facile de 7-0 devant 9895 spectateurs, qui ont salué leurs favoris avec une bruyante ovation à la fin du massacre.

« Nous venons de disputer notre pire match depuis un certain temps. C'est très décevant d'avoir joué comme ça. Nos meilleurs joueurs ont été horribles. Le seul qui n'a rien à se reprocher, c'est Robert Steeves. Rien n'a fonctionné pour nous », a indiqué Benoît Groulx après la cinglante défaite.

L'entraîneur gatinois a raison. Les Mooseheads n'ont mis que deux minutes pour ouvrir la marque pendant un désavantage numérique. Martin Reway a été à l'origine d'un revirement qui a mené à l'échappée de Stephen MacAulay, qui a ensuite glissé la rondelle derrière Robert Steeves.

« Ce but-là résume tout le match », a vociféré Groulx.

Les Olympiques ont eu une chance d'égaler le pointage quelques instants plus tard quand Reway s'est lui aussi amené seul devant Zachary Fucale, mais ce dernier a résisté. Sur la séquence, Émile Poirier a fait preuve d'indiscipline en entrant en contact avec le gardien.

Les puissants Mooseheads ont pu déployer leur avantage numérique et Konrad Abeltshauser a porté la marque à 2-0 dès la 8e minute de jeu. À la 15e minute, les visiteurs ont offert la partie sur un plateau d'argent quand le vétéran Gabriel Bourret a été surpris par un juge de ligne qui l'a vu asséner un coup de bâton à un joueur sur le banc des Mooseheads pendant un arrêt de jeu. Personne n'a vu la séquence dans l'amphithéâtre, mais le juge de ligne a informé l'arbitre en chef et Bourret a écopé d'une majeure de cinq minutes en plus d'être expulsé de la rencontre.

Les Mooseheads ont marqué deux fois sur ce geste de Bourret, mais Benoît Groulx a protégé son joueur. « Cette punition est une farce. Je n'ai jamais vu un juge de ligne expulser un joueur en 10 ans de carrière. J'ai vu ce qui s'est passé au banc et je peux vous dire que c'est une farce. »

La pénalité s'est avérée coûteuse, mais elle a aussi forcé les Gatinois à évoluer à cinq défenseurs pour le reste de la partie. Gabriel Bourret joue environ 25 minutes par rencontre. Groulx ne savait pas si Bourret allait être suspendu pour son geste.

Plus de détails dans LeDroit du 6 avril ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer