Le Phoenix surprend les Olympiques

Le match opposait une équipe qui fête ses 40 ans à un club qui dispute sa... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Étienne Ranger, LeDroit

Partager

Le match opposait une équipe qui fête ses 40 ans à un club qui dispute sa première saison dans la LHJMQ, hier soir, à l'aréna Guertin.

Le hic, c'est que les Olympiques de Gatineau n'avaient pas les allures d'une formation au long passé glorieux. Multipliant des sorties de zone laborieuses et des passes imprécises, ils ressemblaient plutôt à une concession d'expansion.

Résultat, ils se sont fait surprendre par le Phoenix de Sherbrooke, justement le petit nouveau dans le circuit Courteau. Un revers de 4-3 en fusillade devant plus de 3500 spectateurs.

Le capitaine Alexandre Comtois a été le seul joueur à marquer en tirs de barrage pour donner la victoire aux visiteurs, déjouant le gardien Robert Steeves qui avait effectué de beaux arrêts auparavant contre Denis Kamaev et Michael McNamee.

À l'autre bout de la patinoire, Jacob Gervais-Chouinard a stoppé tour à tour Rock Régimbald, Simon Tardif-Richard et Émile Poirier.

Le «point» positif

«Au moins, nous avons été chercher un point. C'est le point positif, a lancé l'entraîneur-chef des Olympiques, Benoit Groulx.

«Mais en même temps, notre jeu de puissance doit faire la différence en fin de match», a-t-il ajouté.

Les siens ont profité d'une supériorité numérique de deux joueurs lors des 42 dernières secondes en temps réglementaire. Ils n'ont jamais pu passer une rondelle derrière Gervais-Chouinard.

«C'est simple. C'est là que la partie s'est jouée. Elle n'aurait jamais dû se rendre en prolongation.»

Groulx aurait pu ajouter que son équipe n'aurait jamais dû laisser filer une avance. Les Olympiques menaient 2-1 après 40 minutes de jeu grâce à des buts de Poirier et Régimbald.

Mais Sherbrooke avait marqué deux fois en l'espace de cinq minutes en milieu de troisième période via Jean-Christophe Laflamme et Dominic Talbot-Tassi pour prendre l'avance 3-2.

Il a fallu l'intervention d'une recrue de 16 ans, Jonathan Bourcier, pour ramener les deux équipes à la case départ avec moins de trois minutes à écouler au dernier tiers. C'était son troisième filet en cinq parties.

Six défaites en huit parties

Il s'agissait aussi d'une sixième défaite à leurs huit dernières sorties pour les Olympiques.

Plus de détails dans l'édition du Droit du 29 décembre 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer