L'arrivée de la LNAH à Gatineau embêterait les Olympiques

Alain Sear, propriétaire des Olympiques de Gatineau, avance... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Alain Sear, propriétaire des Olympiques de Gatineau, avance qu'une clause de l'accord entre l'ancienne Ville de Hull et les Olympiques empêche la présence de toute compétition d'une équipe professionnelle, semi-pro, junior ou universitaire sur le territoire de la municipalité.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partager

S'il n'en tient qu'aux Olympiques de Gatineau, il n'y aura pas d'équipe de hockey semi-professionnel qui s'implantera dans la plus grande ville de l'Outaouais.

«La tarte n'est pas assez grosse pour la partager avec un club semi-pro», a soutenu hier un des propriétaires de la formation de la LHJMQ, Alain Sear. La veille, la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) confirmait son intention de procéder à une expansion en vue de la saison 2013-2014.

Gatineau s'avère un des marchés zieutés, même si aucun investisseur local n'est encore impliqué. Deux groupes de Montréal seraient toutefois intéressés à opérer une franchise, avait reconnu le commissaire Michel Godin.

Le budget de fonctionnement annuel d'une équipe de ce circuit, qui compte des anciens joueurs de la LNH, est estimé à 500000$.

«C'est clair qu'il n'y a pas de place pour deux équipes qui cherchent le même créneau. Ils (les éventuels propriétaires d'une franchise semi-pro) vont vouloir avoir des sources de revenus similaires à un club junior. C'est sûr que nous allons protéger nos droits, nos40 ans d'histoire et nos investissements», a soutenu M.Sear.

La LNAH aimerait loger ses futures concessions dans des arénas pouvant accueillir un minimum de 2000 personnes. Un seul amphithéâtre répond à ce critère à Gatineau.

Il s'agit du centre Robert-Guertin, le domicile des Olympiques.

La Ville de Gatineau affirmait mardi dans un courriel envoyé au Droit que l'équipe de M.Sear et ses partenaires ne détenaient que l'exclusivité en matière de hockey junior majeur dans l'aréna. Ce que l'homme d'affaires a contesté hier.

Alain Sear a fait valoir qu'un article se trouvant dans l'acte de vente du club signé le 16juin 1992 offre une protection contre la concurrence.

Plus de détails dans LeDroit du 29 novembre 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer