Quatre buts sans riposte en troisième dans la victoire contre les Olympiques

Les Mooseheads ont la mémoire longue

Austyn Hardie (88), des Mooseheads, met en échec... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Austyn Hardie (88), des Mooseheads, met en échec Christopher King, des Olympiques (26), en première période. Les Mooseheads l'ont emporté 5-1.

Étienne Ranger, LeDroit

Partager

Sur le même thème

Les Mooseheads d'Halifax avaient été humiliés 6-1 par les Olympiques de Gatineau dans leur partie d'ouverture locale devant une salle remplie de 10 500 spectateurs au Metro Center à la fin du mois de septembre.

Ils n'ont jamais perdu en temps réglementaire depuis ce temps-là. Hier soir, les visiteurs du Centre Robert-Guertin ont rendu la pareille aux Olympiques. Évoluant à la télévision nationale et devant une salle presque comble de 3939 spectateurs dans le cadre de la soirée du retrait du chandail #24 de Colin White, les Olympiques ont baissé pavillon au compte de 5-1.

Une dure bataille

Les Olympiques (6-11-1) ont livré une dure bataille. Pendant deux périodes, les prouesses du gardien recrue Éric Brassard ont tenu les locaux dans le match. C'était toujours 1-1 après 40 minutes quand les Mooseheads (17-1-1) ont ouvert la machine avec quatre buts sans riposte en troisième période.

Laissé à lui-même, Éric Brassard n'a pas eu grand-chose à se reprocher. Les Mooseheads ont eu recours à un avantage numérique de cinq minutes pour s'inscrire au pointage deux fois.

Andrew Ryan a brisé l'égalité de 1-1 à la troisième minute de la troisième période. Darcy Ashley a marqué le but d'assurance trois minutes plus tard. Martin Frk et Jonathan Drouin ont ensuite compté sur des tirs parfaits en avantage numérique.

Deux points chacun

Véritables poisons avec la rondelle, le duo infernal de Jonathan Drouin et Nathan MacKinnon a complété le match avec deux points chacun. L'attraction du match, Nathan MacKinnon, assure que son équipe n'était pas frustrée même si elle n'arrivait pas à franchir le mur d'Éric Brassard après deux périodes.

« Il aurait été frustrant de ne pas avoir de chances de marquer, mais nous en avons obtenu plusieurs. Avec les habiletés de nos joueurs et la profondeur de notre équipe, nous savions que ça allait finir par rentrer. C'est difficile pour un gardien de résister pendant 60 minutes contre nous », a dit celui qui s'est dit amusé par le retrait du chandail d'un confrère de la Nouvelle-Écosse hier soir.

White

« Je ne connais pas Colin White personnellement, mais c'est le cousin d'un de mes amis. C'était vraiment cool de voir le chandail retiré d'un joueur de la Nouvelle-Écosse. »

Pendant deux périodes, Éric Brassard était en voie de disputer son meilleur match de la saison. Il n'a cependant pas reçu de support offensif.

Les Mooseheads ont pris les devants 1-0 grâce à un but de Stefan Fournier à quatre contre trois. Profitant de l'espace supplémentaire sur la patinoire, Nathan MacKinnon et Jonathan Drouin ont préparé le premier but.

Burke crée l'égalité

Taylor Burke, lui-même natif d'Halifax, a ramené les deux clubs à la case départ en déjouant Zachary Fucale d'un tir sur réception précis pendant un désavantage numérique en deuxième période. Émile Poirier a habilement alimenté le capitaine des Olympiques sur la séquence.

Plus de détails dans l'édition du 10 novembre ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer