Les 67's ne veulent pas juste apprendre

Les vétérans Patrick White, Travis Barron et Artur... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Les vétérans Patrick White, Travis Barron et Artur Tyanulin font leur entrée à l'aréna de l'Université Carleton pour leurs derniers préparatifs en vue de leur série contre les Steelheads de Mississauga. L'attaque des 67's d'Ottawa repose essentiellement sur leurs épaules et celles de Mathieu Foget.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils n'ont pas gagné une ronde éliminatoire depuis 2012. Parce qu'ils regorgent de recrues, ils n'auront pas l'alignement idéal pour causer une surprise ce printemps, mais les 67's d'Ottawa ont bien l'intention de démontrer qu'ils ne seront pas des figurants dans les séries de 2017.

La troupe de Jeff Brown a récolté 21 points de moins que les Steelheads de Mississauga en saison régulière, mais les deux équipes ont partagé leur série de quatre matches lors de la dernière campagne. Néanmoins, les séries, c'est une autre bibitte et la jeune défensive des 67's en aura plein les bras face à l'équipe la plus offensive de la conférence de l'Est de la Ligue de l'Ontario.

« Ça va nous prendre un gardien en forme. Il faudra jouer la carte de la robustesse pour ralentir leur attaque dévastatrice. Ils ont connu une excellente deuxième moitié de saison, mais nous avons également terminé l'année du bon pied », a indiqué l'entraîneur-chef Jeff Brown en préparation pour la série qui se mettra en branle vendredi à Mississauga.

Ce dernier n'a pas nécessairement aimé voir les Steelheads (34-21-13) mettre la pédale douce à leur dernier match de la saison mardi. Leur défaite aux mains des Wolves de Sudbury a permis à ces derniers de devancer les 67's (26-34-8). Du même coup, le revers leur a ouvert la porte à un duel contre les Ottaviens au premier tour des séries. Les Steelheads auraient-ils choisi leur adversaire des séries délibérément ?

« Ce match du mardi, après que toutes les autres équipes aient terminé leur saison, n'était pas nécessairement juste. Je me suis fait dire qu'ils allaient tout faire pour gagner, mais j'ai regardé leur match et laissez-moi vous dire que ce n'était pas leur meilleur », a ajouté Brown.

Gagne ou perd, Mississauga était assuré du premier rang de la division centrale. Leo Lazarev, qui a terminé l'année en gardant presque tous les matches des 67's, se verra confier la mission de freiner Owen Tippett, un marqueur de 44 buts. Artur Tyanulin, avec ses 85 points, sera la principale menace offensive des 67's.

Pour ces derniers, le plus grand point d'interrogation se trouvera à la ligne bleue. L'équipe est grandement exposée avec la présence de trois défenseurs de 16 ans et deux autres de 17 ans. « Ils vont acquérir une expérience inestimable dans la prochaine série, mais nous ne sommes pas juste contents d'être là. Il faut entreprendre notre série avec l'idée de faire un bout de chemin. Un bond favorable ici et là, et nous serons en position de créer une surprise », a raconté Jeff Brown.

À 17 ans, Noel Hoefenmayer est déjà un pilier de la brigade défensive. Il a récolté 40 points en 62 matches cette année après avoir été limité à cinq points à son année recrue. Il assure avoir beaucoup appris de sa première expérience des séries il y a un an.

« Le niveau de jeu augmente énormément. C'est une bataille de tous les instants. Il faut se mettre sur la même page. C'est en unité que nous allons passer au travers de la tempête. Je sais que nos recrues auront des papillons dans l'estomac au début du premier match, mais elles ont beaucoup de talent. Mississauga a une bonne équipe, mais nous autres aussi. Nous croyons fortement en nos chances de pouvoir les vaincre. »

Hoefenmayer avance même que la jeunesse ne peut plus servir d'excuse aux 67's. « Nous étions jeunes au début de l'année, mais nos recrues ont maintenant une saison d'expérience. Le temps est venu de voir ce qu'ils peuvent faire quand ça se corse. »

Premier choix des 67's l'été dernier, Peter Stratis a hâte de goûter à ses premières séries. Il s'est bien débrouillé en défensive en récoltant 15 points en 49 matches. Tout comme Carter Robertson et Keven Bahl, qui ont aussi 16 ans, il sait qu'il sera soumis à une rude épreuve.

« Nous sommes là pour acquérir le plus d'expérience possible, mais je pense que notre club est suffisamment bon pour renverser les Steelheads. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer