Du sang franco dans le vestiaire ottavien

Samuel Bitten tente de faire le saut dans... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Samuel Bitten tente de faire le saut dans la LHO à 16 ans.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a très longtemps que les 67's d'Ottawa n'ont pas invité trois hockeyeurs francophones à leur camp d'entraînement.

Ce qui est encore plus intéressant pour les partisans franco-ontariens, c'est que Patrick White, Olivier Lafrenière et Samuel Bitten ont tous des chances de se retrouver dans l'alignement final d'ici le début de la saison régulière.

Âgé de 20 ans, Patrick White arrive à Ottawa par voie de transaction. Il devrait être un des leaders de l'équipe en 2016-2017. Repêché en troisième ronde en 2014, Olivier Lafrenière aura enfin la chance de faire sa place devant le filet à présent qu'il y a un vétéran de moins pour lui barrer la route. Enfin, Samuel Bitten espère pouvoir imiter son frère William en faisant le saut dans la LHO dès l'âge de 16 ans.

Questionné au sujet de son trio de joueurs francophones au camp, l'entraîneur-chef Jeff Brown n'avait que de bonnes choses à dire. «Nous avons une jeune équipe. Nous sommes allés chercher Patrick White pour son expérience. Olivier Lafrenière a eu deux très bons camps chez nous. Il a été patient. On le voit épauler Leo Lazarev cette année. Il a un job à perdre au lieu d'un job à gagner cette année. Quant à Samuel, nous avons effectué un vol en le réclamant en cinquième ronde. Faudra voir combien de joueurs de 16 ans nous allons garder.»

À son troisième camp avec les 67's, Olivier Lafrenière a eu du mal à cacher sa joie quand on lui a fait remarquer qu'il avait deux coéquipiers francophones au camp cette année. «Je ne serai pas tout seul? Wow! J'ai vraiment hâte là. Je pense que ça va être la deuxième fois de ma vie que j'aurai des coéquipiers francophones», a raconté le gardien originaire de Bradford, décidément fier de ses racines francophones.

À l'arrière de son masque, on peut y voir l'image d'une fleur de lys.

Élu dans l'équipe d'étoiles de la Ligue junior A de l'Ontario l'an dernier, le gardien de 6' 2" a l'impression que la porte s'ouvre enfin pour lui. «Je suis vraiment content d'avoir une bonne chance, mais je ne veux pas trop m'exciter», a dit celui qui a alloué 2,32 buts en moyenne avec un pourcentage d'arrêt de ,926 avec les Dukes de Wellington en 2015-16.

Patrick White, un ancien de l'école secondaire Louis-Riel, attaquera sa quatrième saison dans la LHO. Le hockeyeur d'Orléans a toujours joué pour le Sting de Sarnia où il a surtout occupé un rôle défensif.

L'an dernier, il a inscrit 16 buts et 31 points en 62 matches. Il a été surpris lorsqu'il a appris que les 67's le ramenaient à la maison.

«J'ai reçu un appel de mon agent qui m'a demandé si je voulais être échangé. Je me suis dit pourquoi pas? J'étais vraiment excité quand j'ai su que c'était à Ottawa. J'avais déjà commencé à suivre des cours à l'Université d'Ottawa. Ça tombe bien. L'équipe est jeune et j'aurai peut-être l'occasion de me porter à l'attaque cette année, mais à la fin de la journée, je veux surtout gagner.»

Un «67» pendant tout son hockey mineur, Samuel Bitten sait qu'il aura fort à faire pour rester dans l'équipe. «C'est un gros pas entre le midget AAA et le junior majeur, mais je suis prêt à le faire. À date, je me suis bien démarqué. J'ai raté deux mois de hockey en raison d'un mal de dos l'an dernier, mais je suis à 100% maintenant. Je veux faire l'équipe et je serais très content si mon frère (William) pouvait se joindre à moi. C'est notre rêve de jouer ensemble.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer