Les 67's devront vaincre leur bête noire

«Il faut être honnête, on ne s'attendait pas... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

«Il faut être honnête, on ne s'attendait pas à gagner autant de matches après avoir échangé notre meilleur joueur et un vétéran de 20 ans», a déclaré l'entraîneur des 67's, Jeff Brown.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les 67's d'Ottawa et les IceDogs du Niagara ne s'aiment pas et ça se comprend.

Les deux équipes de la Ligue de l'Ontario ont développé une rivalité intense au fil des ans. Pour la cinquième fois en huit printemps, elles croiseront encore le fer pendant les séries éliminatoires. Pendant cette période, les 67's ont raté les séries à deux reprises. Aussi bien dire que les deux rivaux se tapent dessus sur une base annuelle!

«Ils ne sont pas nos plus grands partisans et c'est la même chose pour nous, annonce le capitaine des 67's, Jake Middleton. L'an dernier, ils nous ont éliminés en six matches au premier tour. À nous de leur rendre la faveur cette année.»

Il faut aussi dire que les 67's (36-29-3) n'ont pas eu beaucoup de succès dans les séries éliminatoires contre les IceDogs (35-26-7). Ces derniers ont mis fin aux saisons des 67's dans trois des quatre séries. Par la marge de deux points au classement, les IceDogs ont hérité de l'avantage de la patinoire pour la nouvelle confrontation qui va débuter avec deux parties à Niagara jeudi et samedi.

Du succès malgré tout

Les 67's n'auraient pas pu choisir un meilleur moment pour essayer de venger leur plus récente élimination aux mains des IceDogs. La troupe de Jeff Brown a terminé sa saison avec six victoires consécutives, mais l'ancien défenseur étoile des Nordiques de Québec ne s'enfle pas la tête avec ces récents succès.

«Certains clubs ont reposé des joueurs alors que nous avons continué de nous battre pour gagner du terrain au classement. Nos gardiens ont été excellents. En même temps, il faut être honnête, on ne s'attendait pas à gagner autant de matches après avoir échangé notre meilleur joueur (Travis Konecny) et un vétéran de 20 ans (Sam Studnicka).»

Étrangement, les 67's ont gagné plus de matches après le départ de leur super vedette. «C'est difficile à expliquer sauf que nous avons commencé à jouer l'un pour l'autre. C'est l'exemple parfait de l'importance d'avoir 20 joueurs qui poussent dans la même direction au lieu de se fier à un joueur pour faire la différence», ajoute Brown.

Pour le capitaine Jake Middleton, la deuxième moitié de saison des 67's démontre que le chemin est ouvert dans la conférence de l'Est de la LHO. «Nous venons de battre les deux meilleures équipes de notre conférence dans notre séquence de six victoires. Notre groupe s'est soudé juste au bon moment.»

Les IceDogs demeurent une équipe dangereuse. Ils sont gros et forts. Ils ont 10 joueurs repêchés par des équipes de la LNH.

Heureusement, les 67's commencent à avoir une équipe en santé pour la première fois de la saison. Les Ottaviens profiteront notamment du retour au jeu du gardien Leo Lazarev jeudi. Le Russe a raté les trois derniers matches en raison d'une blessure mineure. Liam Herbst a bien fait en son absence, mais Jeff Brown a souligné que Lazarev avait été son gardien de confiance toute l'année et que le premier match des séries lui revenait d'emblée.

Les Vikings en finale de la Ligue de hockey junior centrale II

Les Vikings de Casselman ont poursuivi leur quête... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Les Vikings de Casselman ont poursuivi leur quête d'un troisième championnat de suite.

Patrick Woodbury, LeDroit

Les Vikings de Casselman ont poursuivi leur quête d'un troisième championnat de suite dans la Ligue de hockey junior centrale II en balayant les Golden Knights d'Ottawa en quatre parties.

Les Vikings n'ont jamais été inquiétés dans cette demi-finale lors de laquelle ils s'attendaient à une compétition plus féroce. Ils ont limité les Golden Knights à seulement quatre buts dans des victoires de 6-1, 5-2, 6-1 et 7-0.

La série s'est terminée lundi soir. Elle n'aura duré que cinq jours. Les Vikings devront maintenant attendre le gagnant de l'autre demi-finale entre Perth et Stittsville pour connaître l'identité de leurs opposants. Perth est en avance 2-1.

La troupe de Michel Ruest est invaincue depuis quatre mois. Son dernier revers date du mois de novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer