Gardien, au grand dam de ses parents

À 17 ans, Lafrenière se sent prêt à... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

À 17 ans, Lafrenière se sent prêt à passer à l'échelon supérieur.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Olivier Lafrenière n'aurait jamais dû devenir un choix de troisième ronde des 67's d'Ottawa en 2014. Pas comme gardien en tout cas.

Originaires de Rouyn-Noranda, les parents d'Olivier ne tenaient pas à ce que leur fils porte les jambières et le masque de gardien quand il a commencé son hockey mineur à Bradford en Ontario, mais fiston était déterminé. «J'étais un grand fan du Canadien de Montréal. Cristobal Huet était mon idole. Il donnait confiance à son équipe. Il était francophone comme moi. Je voulais être comme lui», raconte le gardien de 17 ans qui impressionne la direction des 67's depuis l'ouverture de leur camp de sélection il y a deux jours.

Olivier Lafrenière avait beau vouloir imiter son héros, ses parents étaient résolus à lui faire changer d'idée.

«Ils ont voulu me faire la leçon alors ils m'ont inscrit dans un camp d'essai d'une équipe AAA comme gardien. J'avais des patins et un casque de joueur avant aux essais, mais ça ne me dérangeait pas. Je voulais être un gardien et j'ai fait l'équipe! Je les ai forcés à me laisser devenir gardien. Ça demeure un des faits saillants de ma carrière!»

Le gardien franco-ontarien est mûr pour vivre un autre grand moment cette saison. Après avoir été sélectionné par les 67's à 16 ans, il a passé la dernière saison à peaufiner son jeu chez les Dukes de Wellington de la Ligue junior A de l'Ontario. Rêvant d'accéder à la LNH comme Cristobal Huet, il souhaite passer à la prochaine étape de sa carrière.

«Je veux montrer à la direction que je suis capable de jouer ici. Je pense qu'ils ont confiance en moi. Ils m'ont toujours très bien traité depuis que j'ai été repêché. C'est mon rêve de jouer ici et c'est à moi de démontrer que je suis prêt.»

L'athlète de 6'1» sait que la tâche ne sera pas facile. Deux vétérans sont aussi présents au camp de sélection. Liam Herbst (19 ans) et Leo Lazarev (18 ans) se sont partagé le filet l'an dernier, mais on sent que l'entraîneur-chef et directeur général Jeff Brown souhaite que Lafrenière lui force la main. «C'est de la dynamite ce gardien-là, mais nous avons trois gardiens de haut calibre et il n'y a qu'un seul filet», avait-il dit dès le premier jour du camp et Lafrenière n'a rien fait depuis deux matches pour lui faire changer d'idée.

La place d'un vétéran

Les 67's auront une bonne équipe cette saison, mais ils manquent de punch en défensive. Comme plusieurs équipes sont à la recherche d'un gardien d'expérience, Brown pourrait sacrifier un de ses vétérans pour faire de la place à Lafrenière s'il le croit apte à faire le saut dans la Ligue de l'Ontario.

Après tout, la recrue a été repêchée de l'Express de York-Simcoe dans la Ligue midget AAA de la région torontoise. Connor McDavid et Matt Duchene sont passés par là. Chez les gardiens, Brian Elliott y a aussi joué son hockey mineur. Comme ces joueurs vedettes, Lafrenière voudra faire sa propre marque.

«C'est une année importante pour moi, car c'est l'année de mon repêchage dans la LNH. J'ai une année dans le junior A sous la ceinture. Je suis prêt à attaquer mon prochain défi.» Ce prochain défi pourrait survenir dès demain quand les Olympiques de Gatineau débarqueront à la Place TD.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer