L'avantage de la glace

En écrasant les Wolves de Sudbury 6-0, la... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

En écrasant les Wolves de Sudbury 6-0, la troupe de Jeff Brown s'est assurée d'entreprendre les séries dans le confort de la Place TD, où elle a signé 25 victoires en 34 matches cette saison.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En remportant aisément leur dernier match de la saison régulière par la marque de 6-0 devant plus de 5000 partisans à la Place TD hier après-midi, les 67's d'Ottawa se sont assurés d'obtenir l'avantage de la patinoire pour la première ronde des séries éliminatoires de la Ligue de l'Ontario (LHO).

La victoire contre les Wolves de Sudbury a permis aux 67's (38-25-5) de sécuriser la quatrième position de la conférence de l'Est. À trois points d'eux, les IceDogs du Niagara (37-27-4) seront leurs adversaires. Cet avantage de la patinoire était crucial aux yeux de l'entraîneur-chef Jeff Brown, qui a vu son équipe signer 25 victoires en 34 matches à domicile cette saison. De plus, les IceDogs forment l'une des meilleures équipes de la LHO en 2014. Depuis que nous avons changé de calendrier, ils ont une fiche redoutable de 26-6-2.

«Les IceDogs ont un club imposant sur le plan physique. Ils mettent énormément de pression sur votre défensive. Ils ont trois trios capables de compter des buts. Ils sont bien dirigés. Il faudra être presque parfait pour les battre. Il fallait s'assurer l'avantage de la patinoire pour affronter l'équipe de l'heure de notre ligue», a analysé Jeff Brown hier.

Les 67's n'ont pas participé aux séries éliminatoires depuis la saison 2011-12. Sous les ordres de Jeff Brown, l'équipe a fait un bond de 29 points au classement. Leurs 38 victoires représentent presque la récolte des deux dernières saisons combinées (39). Quand les séries débuteront jeudi soir à la Place TD, 14 joueurs des 67's disputeront leur premier match en carrière des séries éliminatoires.

«C'est une statistique que nous ne partagerons pas à nos joueurs! Vous savez, le jeu ne changera pas. Il n'y a que l'intensité qui sera supérieure. Il faudra que nos joueurs élèvent leur jeu d'un cran. Nous avons de bons leaders dans le vestiaire. Le hockey est un jeu d'équipe et j'aime la nôtre. Quand nous nous occupons les uns des autres, nous avons de bons résultats. Nous venons de gagner quelques matches sans notre capitaine (Travis Konecny). C'est bon pour la confiance de tous.»

Acquis des Rangers de Kitchener à la date limite des transactions, l'Ottavien Curtis Meighan a 25 matches des séries sous la cravate, un sommet chez les 67's.

«L'expérience ne s'enseigne pas, mais je dirai aux jeunes de ne pas laisser leurs nerfs prendre le dessus. Nous avons un bon groupe de jeunes joueurs talentueux. Nous avons confiance en eux. Il faudra gagner nos matches à la maison. Nous aurons des problèmes si nous perdons le premier match, car il faudra en gagner une à Niagara où les IceDogs sont aussi très solides. Nous avons travaillé fort toute l'année pour commencer les séries à domicile», a expliqué l'attaquant de 20 ans.

Frapper tôt

Les 67's n'étaient pas certains de prendre le quatrième rang hier. Nathan Todd n'a pas tardé à prendre les choses en main contre les Wolves (12-54-2), pire équipe de la LHO. Après 21 minutes, il avait déjà compté deux buts. Trent Mallette, Jeremiah Addison, Jacob Middleton et Ben Fanjoy ont complété la marque. Dante Salituro a récolté trois passes. Liam Herbst a effectué 15 arrêts pour signer son troisième jeu blanc de la saison.

jfplante@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer