Rare défaite à domicile des 67's

Les 67's et leur capitaine Travis Konecny ont perdu... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Les 67's et leur capitaine Travis Konecny ont perdu un rare match à domicile vendredi soir.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si les Olympiques de Gatineau connaissent une saison extrêmement décevante, de l'autre côté de la rivière, c'est tout le contraire pour les 67's d'Ottawa.

Sous les ordres de Jeff Brown qui a pris le relais de Chris Byrne cette année, les 67's sont en voie de participer aux séries éliminatoires de la Ligue de l'Ontario pour la première fois en trois ans. Mieux, leur saison surprenante devrait même leur procurer l'avantage de la patinoire au premier tour des séries.

Les 67's ont perdu un rare match à domicile au compte de 5-2 vendredi soir contre les Petes de Peterborough, mais c'est à la Place TD qu'ils ont connu le plus de succès avec une fiche de 17-6-2 dans leur amphithéâtre rénové de la rue Bank.

Malgré la défaite, les 67's pointent au quatrième rang de la conférence de l'Est avec une fiche de 26-20-3. Et ce, même s'ils ont échangé quelques gros morceaux en fonction de l'avenir à la date limite des transactions. Les Ottaviens montrent un dossier de 8-3-1 depuis la fermeture des marchés au début du mois de janvier.

En attaque, Dante Salituro connaît la meilleure saison de sa carrière. Premier choix de l'équipe en 2012, il a compté son 29e but de la saison vendredi. Il mène l'équipe avec 57 points après 49 matches. Le capitaine Travis Konecny, qui a préparé le but de Salituro et celui de Brendan Bell vendredi, le suit de près avec 50 points en 47 parties. Âgé de 17 ans, Konecny est considéré comme un espoir de première ronde au prochain repêchage de la LNH.

La jeune vedette croit le changement d'entraîneur explique une partie des succès du club cette année.

«Nous avons une nouvelle structure avec Jeff en place. Le noyau de joueur a pris de l'expérience depuis deux ans. Nous commençons à vraiment bien nous connaître et la chimie est meilleure. Le fait d'avoir retrouvé un domicile fixe aide grandement aussi. Pendant deux ans, nous avons fait la navette entre notre centre d'entraînement dans le sud de la ville et le Centre Canadian Tire. Nous n'étions jamais dans nos affaires. Nous n'avions pas de routine à la patinoire.»

Un «vestiaire sain»

Pour sa part, Jeff Brown pense qu'un «vestiaire sain» représente une force chez son club.

«Nous avons un bon groupe de joueurs qui misent les uns sur les autres. Ils veulent s'entraider pour connaître du succès. Gagner, c'est un concept d'équipe. Chaque soir, des joueurs différents nous font gagner. Sam Studnicka, qui pivote notre troisième trio, est probablement notre joueur le plus utile. Ce groupe se dirige vers les séries pour la première fois en trois ans. Il a besoin de prendre de l'expérience même si j'ai senti que nous avons joué des matches qui ressemblaient aux séries récemment.»

Pour revenir au match de vendredi, les Petes (19-24-5) ont profité de leurs avantages numériques pour renverser les 67's dans leur château fort. Steven Lorentz, Michael Clarke et Greg Betzold ont compté trois des cinq buts des visiteurs sur l'attaque massive. Josh Maguire a été le seul à compter à forces égales. Lorentz a complété dans une cage déserte.

Devant le filet des locaux, Leo Lazarev n'était pas à son meilleur. Il a été remplacé en deuxième période par Liam Herbst avec un compte de 3-1. Malgré un déficit de 4-1 après 40 minutes, les 67's n'ont jamais lâché. Ils ont dominé la troisième période 14-0 dans les tirs jusqu'à ce que les Petes comptent dans un filet désert. Les 67's seront de retour à domicile dimanche pour affronter le Battalion de North Bay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer