De l'excitation dès la période de réchauffement

Pour la première fois en six ans, les... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Pour la première fois en six ans, les 67's ont franchi la barre des 16000 spectateurs.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Travis Barron a partagé le même petit plaisir coupable que les quelque 16000 élèves qui se sont déplacés vers le Centre Canadian Tire pour la sixième édition du match des écoliers hier.

Âgé de 16 ans, le choix de première ronde des 67's en 2014 a lui aussi raté quelques cours en matinée. Sauf que lui, il faisait partie du spectacle sur la patinoire. L'attaquant recrue a savouré pleinement cette première expérience. Dès la période de réchauffement, il était déjà séduit.

«C'était vraiment surréaliste comme scène. Chaque fois qu'un de nos joueurs lançait une rondelle par-dessus la baie vitrée, c'était un champ de bataille pour l'obtenir de l'autre côté!»

Ses coéquipiers plus expérimentés lui avaient expliqué ce qu'il s'apprêtait à vivre, mais Barron attendait de voir avant de croire.

«C'est totalement différent d'un match ordinaire. J'ai beaucoup ri avec les autres joueurs parce que l'ambiance était complètement folle. C'était déjà excitant de venir jouer dans un amphithéâtre bondé de la LNH. J'en avais la chair de poule. Ce n'est pas le genre d'aventure que tu peux vivre tous les jours. Je vais me souvenir de ce match toute ma vie!»

Barron a signalé qu'il était parfois difficile d'écouter les consignes des entraîneurs derrière le banc en raison du bourdonnement constant dans les estrades. «Même sur la glace, il fallait être attentif, car la communication n'était pas la même.»

Devant son filet, Liam Herbst a réalisé 21 arrêts. Il a réalisé quelques arrêts clés en début de match pour étouffer les menaces des Colts. Le bruit n'a pas dérangé sa concentration.

«C'était de la stimulation extérieure. Je devais canaliser mes pensées sur une seule chose et j'y suis parvenu.»

Premier à instaurer le concept dans la ligue de l'Ontario, le président Jeff Hunt jubilait hier. Les équipes de Mississauga, Saginaw et Érié ont copié sa formule cette année.

Pour la première fois en six ans, les 67's ont franchi la barre des 16000 spectateurs. La tradition avait débuté dans le Centre municipal d'une capacité de 10000 spectateurs. Aujourd'hui, Hunt signale que le déplacement au Centre Canadian Tire valait le coup.

«La Place TD est trop petite pour cet événement. Le mouvement a pris de l'ampleur. Les écoles se parlent entre elles. Les professeurs se passent le mot. Les enfants aussi. Ce match est devenu une tradition dans plusieurs écoles. De nouvelles écoles s'ajoutent chaque année, particulièrement du côté francophone. Nous avions plus de 16000 enfants ici aujourd'hui et nous avons encore de la place pour de la croissance!»

Ils avaient été 13294 à assister au 5e match annuel l'an dernier. Dans le fond, Jeff Hunt sait très bien que les partisans d'hier seront ceux de demain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer