Kilrea ajoute une 1194e victoire à sa légende

Le légendaire Brian Kilrea effectuait un retour derrière... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le légendaire Brian Kilrea effectuait un retour derrière le banc des 67's d'Ottawa, vendredi.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Supersticieux devant l'éternel, Brian Kilrea avait sorti son habit brun chanceux pour son grand retour derrière le banc des 67's d'Ottawa vendredi soir.

«Je l'ai sorti des boules à mites, mais il a toujours été chanceux pour moi, alors il fallait que je le porte», a-t-il blagué à son arrivée à la Place TD, avec un peu de retard pour un rendez-vous avec les médias parce qu'il s'est égaré dans le nouveau stationnement souterrain du parc Lansdowne.

Le légendaire entraîneur avait fière allure aux côtés du nouveau pilote Jeff Brown, et la présence de celui qui aura 80 ans mardi n'a certes pas nui, puisque les 67's ont remporté un gain de 6-3 aux dépens des Steelheads de Mississauga devant une foule de 2308 amateurs.

Les locaux ont justement eu un peu de chance dans cette rencontre, marquant notamment deux buts sur des tirs qui ont auparavant abouti sur un poteau. Le quatrième, oeuvre de Travis Barron, a nécessité une reprise vidéo, qui a confirmé que la rondelle avait tout juste franchi la ligne des buts.

«J'ai été un meneur de claques ce soir, les jeunes sont bien dirigés par deux anciens de la LNH (Jeff Brown et Mike Eastwood), j'étais juste là que les jeunes sachent que j'étais de leur côté. C'était amusant parce que vous pensez toujours être capable de coacher, même si je sais que je suis vieux et je ne peux plus faire le travail», a raconté Kilrea après ce match où il était inscrit comme adjoint sur la feuille de match.

La LHOntario a cependant décrété qu'il sera crédité d'une victoire au même titre que Brown, ce qui porte son record à 1194 victoires remportées au fil d'une carrière de 34 saisons. «C'est bien gentil s'ils font ça, mais ce club est à Jeff et Mike, j'en suis juste une petite partie», a dit celui qui est toujours consultant pour le club.

Brown a apprécié d'avoir ce «superviseur» à ses côtés, même si ce n'était que pour un match: «Il est une légende. Si je perdais mon emploi à la faveur de "Killer", ça serait correct avec moi. Il nous a bien aidé, on est arrivé en retard au banc après le premier entracte, mais ils ont laissé passer parce qu'il était là», a souligné l'entraîneur-recrue, qui a maintenant trois gains à sa fiche contre cinq revers.

Il a du chemin à faire pour rattraper Kilrea, qui avait dirigé son premier match il y a un peu plus de 40 ans - le 27 septembre 1974 - avec un salaire de 15 000 $ par an.

Contrairement à son premier match, un gain de 9-5 contre les Marlies de Toronto, c'est un Russe, Artur Tyanuline, qui a ouvert la marque. «Je me souviens qu'à mon premier match, c'est un joueur qui m'avait été recommandé par (l'ancien défenseur étoile du Canadien) Doug Harvey, Frank Donnelly, qui avait marqué le premier but, à 10 secondes du début, sur une passe de Tim Young. Ça a bien parti les choses», s'est-il rappelé.

Âgé de 11 ans quand Kilrea a pris sa retraite comme entraîneur en 2009, Travis Barron y est allé d'un doublé pour les 67's vendredi soir, tout comme Dante Salituro. L'autre a été réussi par Erik Bradford. «C'était un honneur de l'avoir derrière notre banc, il a été incroyable, il nous donnait plein de conseils quand on rentrait au banc», a raconté Barron, le premier choix de l'été dernier qui est âgé de 16 ans.

Les 67's disputeront leur prochain match dimanche après-midi, alors que les Whalers de Plymouth seront les visiteurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer