Meloche avec l'Avalanche

Nicolas Meloche affiche un différentiel de +29 en... (Courtoisie, Islanders de Charlottetown)

Agrandir

Nicolas Meloche affiche un différentiel de +29 en 29 matches depuis son arrivée à Charlottetown.

Courtoisie, Islanders de Charlottetown

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La période des transactions est terminée dans la LNH. Les équipes du circuit Bettman peuvent mieux gérer leur masse salariale. Ça explique, en partie, la vague de signatures récentes parmi les jeunes espoirs d'âge junior.

Vendredi dernier, Zack MacEwen s'est entendu avec les Canucks de Vancouver à titre d'agent libre. Mardi, l'Avalanche du Colorado a confirmé la mise sous contrat d'un ancien coéquipier de MacEwen chez les Olympiques de Gatineau.

Repêché au deuxième tour de la séance de sélection de 2015, Nicolas Meloche a réalisé un rêve en signant un premier pacte d'une durée de trois saisons avec l'Avalanche. L'entente prévoit des salaires annuels de 700 000 $ US, 750 000 $ US et 832 000 $ US avec des bonis de 92 500 $ US à chacune des trois saisons. S'il évolue dans la Ligue américaine, il touchera le salaire maximum prévu de 70 000 $ US pour un premier contrat.

« Mon premier objectif était de jouer avec Équipe Canada junior au Championnat du monde cette saison. Je croyais que ça allait aider à pouvoir obtenir un premier contrat. Ce n'est pas arrivé, mais mon deuxième objectif s'est réalisé avant les séries et j'en suis bien content, car je vais pouvoir me concentrer sur le hockey sans me soucier de l'aspect des affaires. Colorado, c'est une bonne place pour moi. Il y a des ouvertures, mais ce sera à moi de démontrer que je peux faire mon chemin et de mériter mon poste », a dit celui qui aura disputé 63 matches dans l'uniforme des Olympiques entre décembre 2016 et décembre 2017.

Le défenseur de 6'3'' et 205 livres a récolté 13 buts et 41 points pendant son passage en Outaouais, où il avait été acquis à fort prix contre deux choix de première ronde ainsi que l'attaquant gatinois D'Artagnan Joly.

Douze mois plus tard, il a été échangé aux Islanders de Charlottetown dans une méga transaction à sept joueurs. 

« Je ne voulais pas partir. Quand je suis arrivé au camp cette année, je croyais que nous avions une équipe pour gagner la coupe, mais je pense que l'équipe a commencé à jouer à sa pleine capacité quand Vitalii Abramov a signé son contrat (avec Columbus). Il s'est mis à fonctionner à plein régime après avoir été libéré de l'incertitude. Pour moi, c'est le meilleur joueur offensif de la ligue. Aussi, je crois que les joueurs ont eu droit à un réveil brutal quand l'entraîneur a été congédié. »

Excellente fiche à « PEI »

À Charlottetown, Nicolas Meloche n'a pas à se plaindre non plus. Depuis son arrivée sur « l'île de la patate », les Islanders ont une fiche de 23-4-2. Il a les mêmes statistiques à Charlottetown qu'à Gatineau : 7 buts, 14 passes et 21 points sauf qu'il a joué 29 matches sur l'île contre 26 à Gatineau. La différence majeure se trouve au chapitre des plus et moins où il a un différentiel de +29 contrairement à +0 avec les Olympiques.

« Ça va bien là-bas. Nous avons du talent comme je n'en ai jamais vu et Dieu sait qu'il y en avait à Baie-Comeau quand j'étais là. Il y a toujours quelqu'un pour compter le gros but. Chaque joueur est important. Aussi, nous marquons beaucoup de buts. Je joue avec Guillaume Brisebois et nous faisons du bon travail pour relancer l'attaque. »

Malgré ce premier contrat, Meloche sait qu'il devra probablement faire ses classes dans la Ligue américaine, mais au moins, il aura déjà un lien de confiance à San Antonio. Éric Veilleux, son entraîneur à l'époque du Drakkar, est rendu avec le Rampage.

« Il m'a aidé à me rendre où je suis rendu. C'est un visage familier. J'ai confiance en lui et je sais qu'il a confiance en moi. Je ne pourrais pas demander mieux. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer