Les Olympiques impatients d'affronter les 67's

Les 67's d'Ottawa ont remporté les cinq premiers... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Les 67's d'Ottawa ont remporté les cinq premiers duels de cette série avec les Olympiques de Gatineau depuis 2012.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quoi de mieux qu'une bonne bataille de la rivière des Outaouais pour replonger une équipe dans le feu de l'action ?

Inactifs depuis le 27 août, les Olympiques de Gatineau piaffent d'impatience à l'idée de se mesurer aux 67's d'Ottawa vendredi soir au centre Robert-Guertin. Les deux équipes auront aussi rendez-vous à la Place TD dimanche après-midi.

Les hommes de Mario Duhamel seront à la recherche d'une première victoire après trois revers consécutifs en matches préparatoires, mais jusqu'à maintenant, ils n'ont jamais encore profité d'un alignement complet. La donne va changer vendredi soir pour la visite de leurs rivaux de l'Ontario.

Vitalii Abramov, qui avait amassé trois points dans une victoire de 5-2 contre les 67's l'an dernier, disputera enfin un premier match hors-concours. Bien sûr, les Olympiques seront privés de Yakov Trenin, qui avait inscrit deux buts et trois points contre Ottawa l'an dernier, mais pour le reste, les 12 joueurs disponibles en attaque seront sur la patinoire vendredi.

Anthony Gagnon, blessé, et Zack MacEwen suspendu un match, regarderont le match à partir de la passerelle. Mario Duhamel devra cependant prendre une décision au niveau des défenseurs puisqu'il en a encore huit au camp d'entraînement. Aussi, l'entraîneur-chef n'a pas encore choisi la façon d'utiliser ses gardiens Mark Grametbauer et Tristan Bérubé, mais les deux vont jouer ce week-end.

«Ça fait deux semaines que nous faisons des entraînements et nous avons hâte de mesurer la progression de nos joueurs dans des situations de match», a souligné l'entraîneur-chef.

Ce qui est intéressant cette année, c'est que les 67's auront également une formation complète. Par le passé, les affrontements Ottawa/Gatineau se faisaient à la toute fin du camp de sélection des 67's et ceux-ci ne formaient pas encore une véritable équipe. L'entraîneur Jeff Brown a toutefois effectué ses dernières coupures il y a une semaine. Son club commence à prendre forme.

«La préparation des deux équipes sera plus égale. À ce moment-ci, il n'y a rien de mieux que d'avoir une forte opposition pour mesurer où nous sommes rendus comme équipe. Ce n'est qu'un match hors-concours, mais celui-ci est particulier parce qu'il y a moins de 10 kilomètres qui séparent nos deux amphithéâtres. Ce sont deux marchés de hockey junior qui sont très près, mais qui évoluent dans une différente ligue. C'est sûr qu'il y aura un sentiment de fierté en jeu. Tant qu'à avoir un match hors-concours, aussi bien voir ce qui se fait ailleurs dans la Ligue canadienne», a résumé Mario Duhamel.

Le calendrier repoussé de la LHJMQ fait en sorte que le duel annuel Ottawa/Gatineau a lui aussi été décalé d'une semaine cette année. Par le passé, les 67's étaient désavantagés parce qu'ils se lançaient dans cette bataille à froid à la fin de la première semaine de leur camp d'entraînement. Malgré tout, les Ottaviens avaient gagné les cinq premiers duels de la série frontalière reprise à partir de 2012.

Débarqué à Gatineau en décembre dernier, le vétéran défenseur Nicolas Meloche est très excité à l'approche de ce match préparatoire hors de l'ordinaire. «Ça va être la première fois que j'affronte un club de la Ligue de l'Ontario. Je suis excité. Aussi, j'ai hâte d'avoir une meilleure idée de notre équipe avec un alignement complet.»

Meloche s'attend à un match intense en raison de la rivalité naturelle entre les deux clubs. «Nous avons aussi beaucoup de joueurs de l'Ontario dans notre club qui voulaient jouer dans cette ligue. Ce match est important pour eux. Je le sais. Je suis en pension avec Austin Eastman. Dans notre chambre, nous savons qu'ils auraient été assez bons pour jouer là. Nous allons travailler pour ces chums-là !»

McSween lève les feutres

Un poste de joueur de 20 ans est maintenant ouvert chez les Olympiques de Gatineau.

Guillaume McSween a annoncé à l'équipe jeudi qu'il souhaitait poursuivre sa carrière junior plus près de chez lui, à Valleyfield. Le défenseur de 6'4'' et 216 livres avait brièvement joué avec les Braves de Valleyfield la saison dernière après avoir demandé un échange à l'Océanic de Rimouski. À l'époque, il avait indiqué au Droit que Gatineau était le seul endroit où il souhaitait évoluer dans la LHJMQ.

Le départ du vétéran laisse encore huit défenseurs au camp des Olympiques. La direction de l'équipe a accepté la décision de son joueur en précisant qu'elle n'avait identifié un éventuel successeur à McSween dans son rôle de joueur de 20 ans. «Les Huskies de Rouyn-Noranda ont commencé l'année avec deux joueurs de 20 ans l'an dernier et ç'a plutôt bien été pour eux», a expliqué le directeur général, Marcel Patenaude.

Les Huskies ont gagné le championnat de la LHJMQ après avoir ajouté un troisième joueur de 20 ans aux Fêtes. Guillaume McSween n'a pas répondu à nos appels jeudi pour expliquer sa décision. En 32 matches avec les Olympiques, le spécialiste du jeu défensif avait amassé trois buts et neuf points. À son meilleur dans les batailles à un contre un, McSween avait été acquis pendant la période des transactions du temps des Fêtes. À Rimouski, il a contribué à la conquête de la coupe du Président de 2015.

L'attaquant Zack MacEwen et le défenseur Marc-Olivier Crevier-Morin sont les deux joueurs de 20 ans chez les Olympiques. On imagine que l'équipe outaouaise voudra réserver son troisième poste de joueur de 20 ans pour un attaquant, là où le besoin semble le plus criant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer