Repêchage LHJMQ: Groulx premier de classe

Benoît-Olivier Groulx (à droite) a été choisi au... (Rocket Lavoie, Le Quotidien)

Agrandir

Benoît-Olivier Groulx (à droite) a été choisi au premier rang par les Mooseheads d'Halifax, qui ont par la suite sélectionné le défenseur Jared McIsaac (à gauche) avec le deuxième choix au total.

Rocket Lavoie, Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Charlottetown, Î.-P.-É.) Il a écrit une page d'histoire du hockey en Outaouais. Toute la journée de samedi, il a savouré son moment de gloire. Premier choix du repêchage 2016 de la LHJMQ, Benoît-Olivier Groulx a marché vers l'estrade sur l'air de la chanson Beautiful Day du groupe U2.

Arborant fièrement chandail et casquette des Mooseheads de Halifax, il était encore sur le parquet du Easlink Center quand la séance a pris fin 7h30 plus tard. Les premiers choix ont l'habitude de quitter les lieux rapidement. Pas Groulx. Il tenait à être présent pour appuyer ses coéquipiers qui attendaient d'être sélectionnés à leur tour. Il voulait faire partie de leurs célébrations aussi.

Le Gatinois jure qu'il a été tenu dans l'ignorance jusqu'à la dernière minute. Il a su qu'il était réellement le premier choix de la meilleure ligue junior de l'est du Canada quand les Mooseheads ont lancé la séance sur le coup de 10h20. 

«Ils m'avaient parlé au Combiné de la LHJMQ le 26 avril. C'est tout. Ils ont gardé leurs cartes près d'eux. Je voulais être le premier choix, bien sûr, mais ça ne m'aurait pas dérangé d'être deuxième ou même d'être choisi en sixième ronde. Mon but a toujours été de jouer dans la LHJMQ, peu importe l'équipe.»

Ce n'était pas nécessairement le cas de son nouveau coéquipier, Jared McIsaac, qui avait menacé de ne pas se présenter à Baie-Comeau si le Drakkar le réclamait au deuxième rang. Les Mooseheads ont toutefois fait une transaction pour s'approprier le défenseur de Cole Harbour. McIsaac et Groulx ont été coéquipiers avec l'équipe canadienne des moins de 16 ans aux Jeux olympiques de la jeunesse. Groulx était content de retrouver «le meilleur défenseur du repêchage» à son avis.

Premier hockeyeur de l'Outaouais à être réclamé au premier rang dans la LHJMQ, Benoît-Olivier Groulx s'est dit «fier et honoré» de marquer l'histoire de sa région, mais il gardait les deux pieds sur terre. «Je ne peux pas prendre ça comme un accomplissement et m'asseoir là-dessus. Beaucoup de gens m'ont aidé à me rendre ici.»

Même s'il était prêt à jouer n'importe où, il se disait choyé d'aboutir à Halifax, dans une prestigieuse organisation de la Ligue canadienne. «Ils ont aligné Jonathan Drouin, Nathan MacKinnon et Zach Fucale. C'est pour ça qu'ils arrivent à attirer de bons joueurs. C'est avec des joueurs comme ça que tu bâtis des équipes championnes.»

Sa sélection dans la LHJMQ et le départ de son père pour la Ligue américaine arrive aussi au moment propice selon le jeune prodige. «Mon père vient de finir dans la LHJMQ et j'y arrive. C'est à moi de faire mon propre nom maintenant. J'espère qu'on ne me comparera pas à lui comme joueur parce qu'il a inscrit beaucoup de points!»

Très ému, Benoît Groulx a quand même retenu ses larmes quand il a vu son fils défiler vers le podium. «Ma chemise était toute mouillée! Je ne transpire pas habituellement! C'est une de mes plus belles journées de hockey et de père de famille. Avec Bobby Smith, Cam Russell et André Tourigny, mon fils ne pouvait pas aboutir à une meilleure place que dans ce gros marché anglophone pour poursuivre son développement. J'ai une pensée pour mon père (Gilles), qui a fait du hockey toute sa vie. Il serait vraiment fier aujourd'hui.»

Plus jeune, le nouvel entraîneur-chef du Crunch de Syracuse avait été un choix de quatrième ronde à Granby. Il n'avait jamais osé croire que son fils deviendrait un premier choix avant cette année. Aujourd'hui, il semble bien que l'élève ait surpassé le maître.

Journée de rêve pour trois autres hockeyeurs de l'Outaouais

Les gradins du Eastlink Center étaient de plus en plus dégarnis, mais dans un coin de l'aréna, Mathieu Cloutier, Jérémy D'Auray et Nicolas Sauvé ont été récompensés pour leur patience à l'encan 2016 des joueurs d'âge midget de la LHJMQ.

Mathieu Cloutier et Jérémy D'Auray... (Rocket Lavoie, Le Quotidien) - image 3.0

Agrandir

Mathieu Cloutier et Jérémy D'Auray

Rocket Lavoie, Le Quotidien

Après Benoît-Olivier Groulx, 165 joueurs ont défilé sur le parquet du repêchage avant d'entendre le nom d'un deuxième hockeyeur de l'Outaouais. Malgré l'attente, Mathieu Cloutier flottait sur un nuage quand il a été sélectionné par les Voltigeurs de Drummondville en 10e ronde.

«J'étais stressé. J'étais aussi excité. J'avais hâte d'entendre mon nom. C'est une fierté pour moi d'avoir été repêché dans la LHJMQ, surtout en raison de mon parcours différent.»

Mathieu Cloutier revient de loin. Il n'a jamais joué pee-wee AA. Il n'a jamais joué bantam AAA et il a évolué au niveau midget espoir cette année. Sa progression devrait finalement l'amener au niveau midget AAA l'an prochain.

«Au début de l'année, j'étais un négligé dans ce repêchage, mais je me suis amélioré toute l'année. Je pense pouvoir jouer dans la LHJMQ un jour. C'est un rêve. Je passe vraiment une belle journée.»

Trois rangs plus tard, Jérémy D'Auray a été le choix des Cataractes de Shawinigan. L'attaquant de 16 ans a dû surmonter l'adversité cette saison en évoluant avec l'équipe juvénile de la polyvalente Nicolas-Gatineau. Il a cependant saisi sa chance quand il a été rappelé par l'Intrépide de Gatineau pendant les séries éliminatoires. Il a répondu en marquant quelques buts importants.

«Je suis sorti en 10e ronde. C'est plus tôt que j'avais anticipé! C'est vraiment difficile de sortir du lot quand tu joues au hockey scolaire, mais j'ai profité de mon rappel dans le midget AAA pour me faire voir. Ça m'a aidé amplement. Je suis vraiment comblé. Je sors d'ici la tête haute et fier d'être un Cataracte.»

Meilleurs amis, Nicolas Sauvé et Benoît-Olivier Groulx se... (Rocket Lavoie, Le Quotidien) - image 5.0

Agrandir

Meilleurs amis, Nicolas Sauvé et Benoît-Olivier Groulx se retrouvent dans des camps opposés dans la guerre de la Nouvelle-Écosse.

Rocket Lavoie, Le Quotidien

En 11e ronde, la sélection de Nicolas Sauvé au 193e rang a donné lieu à une scène remplie d'émotion sur la patinoire. Le petit bonhomme de 1,63 m (5' 4") pleurait à chaudes larmes dans les bras de ses parents encore plus secoués. Tout cela, sous le regard admiratif de son meilleur ami Benoît-Olivier Groulx.

«J'ai pleuré quand B.-O. a été choisi premier. Je soupe chez lui. Je couche chez lui. On s'entraîne ensemble tous les jours. C'est en côtoyant les meilleurs qu'on devient meilleur. On a tout donné ce qu'on avait. Il est sorti premier! Une équipe m'a fait confiance! Ça démontre que ce n'est jamais fini pour les petits joueurs. Je ne lâcherai jamais.»

Nicolas Sauvé a-t-il trouvé l'attente trop longue?

«Ça ne change rien pour moi. J'ai bien fait d'attendre! Je savais que le Cap-Breton était intéressé. Chaque fois qu'ils parlaient, j'avais un petit feeling que mon tour viendrait.»

Joueurs locaux repêchés

1er choix (première ronde): Benoît-Olivier Groulx (Intrépide AAA), par Halifax

166e choix (10e ronde): Mathieu Cloutier (Intrépide espoir), par Drummondville

169e choix (10e ronde): Jérémy D'Auray (Intrépide Nicolas-Gatineau), par Shawinigan

193e choix (11e ronde): Nicolas Sauvé (Intrépide AAA), par Cap-Breton

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer