John Chabot, celui qui aurait pu être premier... il y a 27 ans

John Chabot, à l'époque où il portait l'uniforme... (Archives)

Agrandir

John Chabot, à l'époque où il portait l'uniforme des Red Wings de Détroit, à la fin des années 1980

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Charlottetown) On est en 1979. John Chabot a 16 ans et les Saguenéens de Chicoutimi l'avisent qu'ils vont le choisir au premier rang du repêchage de la LHJMQ.

«Pas si vite», dit le joueur vedette des Ambassadeurs de Gatineau. À l'époque, Chicoutimi est la ville la plus éloignée du circuit. Cette équipe voyageait plus que toute autre équipe de la ligue.

«Ce n'était pas une excellente place pour jouer pour moi», se souvient celui qui est né à l'Île-du-Prince-Édouard, mais dont la famille a déménagé à Pointe-Gatineau en 1974 alors qu'il était d'âge pee-wee.

Chabot étudiait aussi avec une bourse d'études qui lui avait été offerte par l'Université Bowling Green. «J'avais dit aux Saguenéens de ne pas me repêcher et ils s'étaient tournés vers Éric Bernier.»

Au deuxième rang, les Olympiques de Hull ont toutefois réclamé le jeune Chabot qui évoluait au niveau midget AA.

«Ce n'était pas mon intention d'y aller (avec les Olympiques), mais Marcel Pronovost était l'entraîneur. Il avait passé l'été à amadouer Alain Vigneault et moi pour qu'on se joigne à son équipe! Finalement, j'avais décidé d'y aller, mais j'avais refusé d'être payé. Mes parents avaient défrayé tous les coûts de ma saison pour que je conserve mon statut d'amateur pour aller à Bowling Green l'année suivante.»

Des années de succès

Après une saison recrue où il a récolté 83 points en 68 matches, il a été réclamé en deuxième ronde par le Canadien de Montréal. «Un coup repêché, l'option de Bowling Green était moins intéressante. J'ai décidé de rester à Hull pour poursuivre ma carrière junior.»

John Chabot a ensuite connu une belle carrière dans la LNH où il a disputé 508 matches avec le Canadien, les Penguins de Pittsburgh et les Red Wings de Détroit. Il a marqué 84 buts et totalisé 312 points en carrière. Il a évolué en Italie, en Allemagne et en Suisse pendant 10 autres saisons.

S'il avait dit «oui» aux Saguenéens, Benoît-Olivier Groulx ne serait pas en position d'écrire l'histoire du hockey outaouais samedi matin!

Hockeyeurs de l'Outaouais repêchés tôt dans la LHJMQ

PositionJoueurAnnéeÉquipe
2eJohn Chabot (Hull)1979Olympiques de Hull
2eStéphane Richer (Ripon)1983Bisons de Granby
3eJocelyn Gauvreau (Masham)1980Olympiques de Hull
3eSimon Massie (Thurso)1984Saguenéens de Chicoutimi
4eJimmy Cuddihy (Aylmer)2000Cataractes de Shawinigan
5eSteve Anglehart (Gatineau)1987Voltigeurs de Drummondville
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer