Repêchage LHJMQ: l'année des valeurs sûres

Benoît-Olivier Groulx, de l'Intrépide de Gatineau, est entre... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Benoît-Olivier Groulx, de l'Intrépide de Gatineau, est entre autres qualifié de «joueur de grandes occasions».

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Samedi, à Charlottetown, les 18 formations de la LHJMQ feront le plein de joueurs nés en l'an 2000 à la séance de sélection du circuit Courteau.

Selon une demi-douzaine de recruteurs interrogés par LeDroit, il n'y aurait pas de super-vedette dans cette cuvée, mais il y aura tout de même de grands talents au premier tour du repêchage suivi d'une belle profondeur dans la ronde suivante. Le millésime 2000 devrait offrir une demi-douzaine de défenseurs d'élite à la LHJMQ, ainsi qu'un trio de gardiens remplis de promesses.

En tête de liste, on retrouve le Gatinois Benoît-Olivier Groulx, un «joueur des grandes occasions», selon le directeur du recrutement Danny Corneau, des Saguenéens de Chicoutimi. «Le but en prolongation, c'est lui qui va aller te le chercher», dit-il.

La crème de la crème

Directeur du Centre de soutien au recrutement de la LHJMQ, Carl Bouchard a aussi placé l'attaquant de l'Intrépide de Gatineau au sommet de sa liste. «Il représente la crème du repêchage avec le défenseur Jared McIsaac et le gardien Olivier Rodrigue. Joe Veleno est aussi né en 2000. Il aurait été le joueur exceptionnel du repêchage, mais il a obtenu le statut pour jouer dans notre ligue cette année.»

Le gardien des Élites de Jonquière, Olivier Rodrigue... (Rocket Lavoie, Archives Le Quotidien) - image 2.0

Agrandir

Le gardien des Élites de Jonquière, Olivier Rodrigue est l'un des espoirs au sommet de la liste en vue du repêchage.

Rocket Lavoie, Archives Le Quotidien

Au sujet du gardien Rodrigue, des Élites de Jonquière, Bouchard souligne qu'il ne peut tout simplement pas rater son coup.

«Il est déjà hautement coté à l'échelle canadienne. En même temps, je dirais qu'il y a cinq à sept gardiens qui ne sont pas loin derrière lui. Ils ne seront pas des vedettes à 16 ans, mais c'est sûr qu'ils vont jouer dans la ligue.»

Alain Préfontaine, responsable du repêchage pour le Phoenix de Sherbrooke, pense même qu'il pourrait y avoir trois gardiens repêchés en première ronde cette année. Ce scénario ne s'est pas produit souvent dans la LHJMQ récemment. Il ajoute que les meilleurs défenseurs du repêchage sont très attirants. «McIsaac, Jeremy Bucheler, Noah Dobson, Xavier Bouchard et Xavier Bernard font tous plus de six pieds et en général, ils patinent vraiment bien. Il faudra prendre ces défenseurs tôt parce que ça sera plus tranquille à cette position par après. Je vois cinq défenseurs sortir en première ronde.»

En deux temps

Dans son livre, Préfontaine a divisé la première ronde en trois.

«Il y a une démarcation entre les joueurs 1 à 6, 7 à 12 et 13 à 18. À mon avis, Benoît-Olivier Groulx, Jared McIsaac et Olivier Rodrigue sont taillés sur mesure pour jouer avec Équipe Canada junior un jour. Il y a plusieurs joueurs similaires après la première ronde. À partir de la cinquième ronde, il risque d'y avoir des surprises. Les recruteurs vont y aller au feeling

Dans la tête de Jacques Carrière, des Screaming Eagles du Cap-Breton, tout est clair. «Quatre joueurs se démarquent vraiment du lot. Deux attaquants. Un gardien et un défenseur.»

Ce deuxième attaquant serait Gabriel Fortier, des Lions du Lac St-Louis.

Après? «Il y a de la profondeur dans ce repêchage, surtout dans les Maritimes, ce qui est intéressant pour une équipe comme la nôtre. Nous avons été gâtés avec les défenseurs dans les deux ou trois dernières années et je pense que les attaquants reviendront en force dans ce repêchage.

S'il y a une chose que les recruteurs appréhendent pour la journée de samedi, c'est l'éternité que pourrait prendre la première ronde. Quatre équipes se partagent notamment 10 choix du premier tour. Halifax et Baie-Comeau ont trois sélections. Cap-Breton et Drummondville en ont deux.

«Ça va jouer au yo-yo parce que leurs choix seront convoités. Des équipes vont vouloir s'avancer ou se reculer. J'espère que les échanges seront conclus la veille», a rigolé Danny Corneau.

«Une année difficile» pour l'Outaouais

«Après la sélection de Benoît-Olivier Groulx, tu pourras boire un gros smoothie, manger des hot-dogs, des sandwiches, du dessert et te reposer.»

C'est ainsi que Danny Corneau, directeur du recrutement des Saguenéens de Chicoutimi, a répondu au Droit quand nous lui avons demandé son opinion sur le deuxième joueur qui sera repêché en provenance de l'Outaouais samedi.

Sur la liste finale des espoirs du Centre de soutien au recrutement (CSR) de la LHJMQ, aucun autre joueur de la région n'a été classé dans les 12 premières rondes du repêchage. «C'est une année difficile pour votre région. Après Groulx, il n'y aura sûrement pas d'autres joueurs repêchés dans les cinq premières rondes, mais l'an prochain, vous en aurez un autre très bon», a indiqué Carl Bouchard, directeur du CSR.

Il parlait de Xavier Simoneau, qui a amassé 43 points en 32 matches à l'âge de 14 ans dans la Ligue midget AAA du Québec cette année. Danny Corneau assure pour sa part que Simoneau fera partie d'un groupe très sélect à la séance de 2017 avec Xavier Parent et Samuel Poulin, les trois exceptionnels de 14 ans de la ligue midget AAA en 2015-2016.

En attendant l'espoir de la Petite-Nation, Alain Préfontaine, du Phoenix de Sherbrooke, dit avoir aimé les séries éliminatoires de Jérémy D'Auray, un grand gaillard rappelé par l'Intrépide de l'équipe juvénile de la polyvalente Nicolas-Gatineau. «Il a marqué de gros buts», a-t-il dit au sujet du joueur né en 1999. Préfontaine voit également un club tenter sa chance avec Nicolas Sauvé, le seul autre joueur de 15 ans de l'Intrépide cette saison.

Le problème, c'est qu'il est «listé» à 1,63 m (5' 4"). «C'est un joueur qui peut être agréable à ramasser plus tard dans le repêchage», ajoute Danny Corneau.

Jacques Carrière, des Screaming Eagles, pousse l'analyse un peu loin. «Je l'aime beaucoup comme joueur. Il joue avec encore plus de hargne que Philippe Sanche de l'Armada. C'est un guerrier. Il a bloqué des tirs en masse pendant les séries. Il n'a pas peur du trafic. Il n'est pas encore prêt pour la LHJMQ, mais il va être repêché, c'est sûr.»

Chez les Olympiques, le recruteur Christian Caron s'est montré convaincu que Sauvé allait pouvoir faire son chemin malgré son gabarit. «Il a un bon sens du jeu. C'est un bon joueur. Il mérite une chance.»

Parmi les autres joueurs natifs de la région qui ont été mentionnés par les recruteurs, soulignons les noms d'Alexandre Gagnon, Mathieu Cloutier et Robert Mochi.

Partager

À lire aussi

  • Top 10 des meilleurs espoirs

    Hockey junior

    Top 10 des meilleurs espoirs

    Entrer dans la tête des directeurs généraux, analyser les besoins de chaque équipe, estimer le potentiel d'un joueur et étudier le talent de chaque... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer