Premier contrat chez les professionnels pour Michaël Joly

L'attaquant gatinois Michaël Joly portera les couleurs du... (Etienne Ranger, archives LeDroit)

Agrandir

L'attaquant gatinois Michaël Joly portera les couleurs du Wolfpack de Hartford, dans la Ligue américaine, le club-école des Rangers de New York. Il s'agit d'un contrat à sens unique.

Etienne Ranger, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Michaël Joly pourra dormir tranquille pendant tout l'été.

Le prolifique attaquant gatinois jouera au hockey professionnel l'an prochain - et pas dans n'importe quelle ligue. Il évoluera dans la deuxième meilleure ligue en Amérique du Nord. Le hockeyeur de 21 ans a signé un contrat à sens unique avec le Wolfpack de Hartford dans la Ligue américaine (LAH). Il s'agit du club-école des Rangers de New York.

Le tout a été réglé vendredi en début de soirée. Joly a apposé sa signature au bas d'un contrat d'un an qui lui rapportera un salaire garanti de 70 000 $ US. Son agent, Jim Bursey, en était bien fier, mais il avait le beau rôle pour négocier puisqu'il y avait quelques équipes intéressées aux services du franc-tireur.

« Habituellement, un joueur de première année qui n'a pas été repêché peut s'attendre à recevoir jusqu'à 45 000 $ dans la LAH. Michaël a reçu le traitement d'un joueur repêché, mais sans toucher au boni à la signature. Ce qui est intéressant, c'est que son salaire est garanti. Si on l'envoie dans la East Coast, il va conserver son salaire de la Ligue américaine. C'est une différence énorme », a expliqué Bursey.

Ce contrat va aussi permettre à Joly de participer au camp de développement des Rangers de New York. Il fera ensuite partie du camp des recrues en plus de participer au camp principal de l'équipe de la Ligue nationale.

Joint à Rimouski, là où il a passé la majorité de sa carrière avant de la terminer au Cap-Breton, Michaël Joly était heureux de ce premier contrat professionnel.

« C'est un soulagement parce que ça fait quatre ans que j'attends cette chance. Je n'ai jamais été repêché. J'ai participé au camp des Sabres de Buffalo et des Maple Leafs à titre de joueur invité, mais quand tu n'as pas de contrat, on ne te regarde pas vraiment. Mon agent a travaillé fort pour s'assurer qu'on ne m'envoie pas dans la "Coast" pour rien. J'ai l'impression qu'on me donnera une véritable chance. Les Rangers ont plusieurs joueurs d'expérience dans la Ligue américaine. Ils manquent de jeunes joueurs. Ça sera à moi de me faire une place. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer