Centre multi: les cas Moncton et Gatineau

Une esquisse du futur bâtiment, dont la construction... (Courtoisie)

Agrandir

Une esquisse du futur bâtiment, dont la construction s'achèvera dans un peu plus de trois ans au centre-ville de Moncton. La ville compte 70000 habitants, soit quatre fois moins que Gatineau.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Moncton) Un nouvel amphithéâtre multifonctionnel verra le jour en plein centre-ville de Moncton en septembre 2018.

Le complexe de 9000 places assises, avec 2000 autres sièges amovibles et 17 loges, est en chantier depuis le mois de mars dernier. Le bâtiment abritera les Wildcats de la LHJMQ et les Miracles de la Ligue nationale de basket-ball canadienne, en plus de servir de salle de spectacle ou d'exposition.

Le coût de la construction du spectaculaire bâtiment est évalué à 95,4 millions $. À cette enveloppe, il faut ajouter l'achat de parcelles de terrain au coût de 12 millions $.

La facture sera partagée entre les trois paliers de gouvernement: municipal, provincial et fédéral. Une collecte de fonds avec un objectif de cinq millions de dollars a également été enclenchée.

Une décennie... de discussions 

Le chantier est en branle à Moncton, mais comme à Gatineau, le dossier a traîné en longueur pendant une dizaine d'années avant d'aboutir. Les similitudes sont nombreuses entre le projet de la deuxième plus grande ville du Nouveau-Brunswick et celui qui tarde à se concrétiser en Outaouais. 

«Le projet a changé d'ampleur à plusieurs reprises, signale Isabelle LeBlanc, directrice des communications corporatives à la Ville de Moncton. Au départ, l'idée était de revitaliser le centre-ville. On cherchait des options. Un casino et un centre de congrès ont été étudiés, puis écartés.»

Au fil des ans, Moncton a été le théâtre du championnat mondial de curling et des championnats canadiens de patinage artistique. Chaque fois, la qualité de la glace du Colisée de Moncton avait été critiquée. «Tout le monde n'avait que de bonnes choses à dire sur l'accueil des gens de Moncton, mais on jugeait la glace trop molle. Ça allait devenir difficile d'accueillir d'autres événements majeurs au centre des provinces atlantiques», ajoute Mme LeBlanc.

L'option de rénover le Colisée construit en 1973 est revenue sur la table. En même temps, comme la «Plaque tournante» du Nouveau-Brunswick a accueilli plusieurs spectacles d'envergure dans les dernières années - U2 et les Rolling Stones notamment -, l'idée de construire une nouvelle infrastructure a fait surface.

Comme à Gatineau, le débat a divisé le conseil municipal pendant des années. Le projet avait ses opposants, mais finalement le conseil a décidé d'aller de l'avant dans l'espoir qu'il devienne le catalyseur du centre-ville. Le centre commercial Highfield, aux prises avec un problème d'achalandage, a été choisi comme terrain de construction. Il a été démoli en 2014.

«Le projet a changé d'ampleur à plusieurs reprises. Au départ, l'idée était de revitaliser le centre-ville. On cherchait des options. Un casino et un centre de congrès ont été étudiés, puis écartés.»

Isabelle LeBlanc
directrice des communications corporatives à la Ville de Moncton
La qualité de la glace du Colisée de... (Courtoisie) - image 3.0

Agrandir

La qualité de la glace du Colisée de Moncton est souvent critiquée. Le nouvel amphithéâtre vise notamment à régler ce problème.

Courtoisie

Quant à elle, la gestion de l'amphithéâtre a été octroyée à la compagnie privée SMG, spécialisée dans le domaine du divertissement en Amérique du Nord.

«Ils nous ont promis 153 événements par année. Nos équipes de hockey (Wildcats) et de basket-ball (Miracles) devront négocier leur bail avec SMG», avance Mme LeBlanc.

L'avenir du vieux Colisée

Et le vieux Colisée de Moncton dans tout cela? L'aréna de 6500 places n'est pas encore bien vieux à 43 ans.

«Le Colisée restera en place, car il y a une très forte demande pour les salons d'exposition et les foires. Le site est tellement populaire que l'horaire des Wildcats entre souvent en conflit avec différents salons qui génèrent beaucoup de revenus pendant leurs séries éliminatoires. L'an dernier, les Wildcats ont dû jouer un match des séries à Frédéricton parce que le Colisée était occupé.»

Cette année encore, le Salon de l'auto se mettra en branle immédiatement après le match des Wildcats contre les Olympiques vendredi soir.

S'il y a un bémol avec le nouvel amphithéâtre du centre-ville, c'est qu'il ne comprend pas un stationnement souterrain. Déjà, on se demande où les gens pourront laisser leurs véhicules lors des événements à grand déploiement. 

La Ville souligne qu'elle dispose de 3000 places de stationnement dans un rayon de 10 minutes de marche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer