L'Intrépide peut garder la tête haute

L'Intrépide a maintenu une fiche gagnante (25-18-3), il... (Martin Roy, archives LeDroit)

Agrandir

L'Intrépide a maintenu une fiche gagnante (25-18-3), il a été finaliste du Challenge CCM de la Ligue midget AAA et il a gagné une première série éliminatoire en huit ans.

Martin Roy, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Intrépide de Gatineau a écoulé sa dernière vie dans un revers de 4-3 en prolongation samedi à St-Eustache dans les séries de la Coupe Dodge.

L'élimination a fait mal puisque les Gatinois avaient dominé la majeure partie de la rencontre, mais la formation outaouaise de la Ligue midget AAA du Québec pourra tirer beaucoup de positif sur sa dernière saison, sa meilleure en huit ans.

De retour derrière le banc de l'Intrépide après une absence de 10 ans, Martin Lafleur a contribué à la renaissance de la franchise en l'amenant à remporter 25 matches pour la sixième fois de son histoire de 23 ans. L'Intrépide a maintenu une fiche gagnante (25-18-3), il a été finaliste du Challenge CCM de la Ligue midget AAA et il a gagné une première série éliminatoire en huit ans. Autre fait d'armes, l'Intrépide a été l'équipe qui a accordé le moins de tirs au but - et de loin - parmi les 15 clubs du circuit.

Quand Martin Lafleur trace le bilan de sa saison, il assure que ses joueurs peuvent garder la tête haute. «Nous n'avons pas atteint nos objectifs à 100% puisque la coupe demeure l'objectif ultime, mais nous sommes parvenus à redevenir une équipe compétitive, qui était difficile à affronter. Nous avons revu l'Intrépide des belles années.»

L'entraîneur-chef dit avoir pris plaisir à diriger ce groupe de joueurs. «Ils ont embarqué dans le plan. Sur papier, nous n'étions pas l'équipe la plus talentueuse, mais notre éthique de travail et notre acharnement ont fait en sorte que nous avons réussi à faire partie de l'élite de la ligue.»

L'Intrépide a dû surmonter plusieurs obstacles après sa participation à la finale du Challenge CCM à la fin du mois de décembre. Le club a soudainement perdu son meilleur compteur quand D'Artagnan Joly a été rappelé par le Drakkar de Baie-Comeau. Le 7 janvier, Xavier Simoneau a été victime d'une sévère commotion cérébrale. Il a raté le reste de la saison et des séries éliminatoires avant d'effectuer un retour au jeu à St-Eustache samedi. L'autre membre du premier trio, Benoît-Olivier Groulx, a ensuite raté les six derniers matches de la saison pour participer aux Jeux olympiques de la jeunesse avec l'équipe canadienne des moins de 16 ans.

Malgré tout, l'Intrépide a continué à gagner des matches sur une base régulière. Martin Lafleur en est d'ailleurs très fier.

«Les observateurs disaient souvent que nous étions l'équipe d'un seul trio. À un moment donné, les trois n'étaient plus avec nous, mais nous avons maintenu la cadence. Ça prouve que cette équipe n'était pas l'histoire d'un ou deux joueurs. Nous avions une équipe unie. Plusieurs joueurs ont pris le relais. Aussi, je crois que nous misions sur le groupe de défenseurs le plus sous-estimé de la ligue.»

Martin Lafleur a également tenu à saluer le travail de ses adjoints, Jason Mitchell, Glenn Durand et Jean-Philippe Charbonneau. «J'ai été entouré d'entraîneurs d'expérience. Ils se sont investis autant que moi. Notre succès n'est pas arrivé par hasard. Nous avions une belle complicité et les résultats ont suivi.»

Restera à déterminer si Lafleur sera de retour avec l'Intrépide l'an prochain. Son contrat d'un an va prendre fin après le camp printanier. Des équipes de la LHJMQ pourraient cogner à sa porte.

«J'ai trois options devant moi. Je peux revenir avec l'Intrépide, écouter les offres du niveau supérieur ou simplement prendre ma retraite d'entraîneur. C'est une décision qui sera prise en famille.»

Les Olympiques contre les Wildcats

Si la logique de la saison régulière avait été respectée dans les séries éliminatoires de la LHJMQ, les prochains adversaires des Olympiques de Gatineau auraient dû être les Foreurs de Val-d'Or. 

L'Armada de Blainville-Boisbriand a toutefois causé la plus grosse surprise de l'histoire de la ligue en renversant les Foreurs en six matches avec un gain de 4-3 en troisième période de prolongation dimanche.

Le club de l'Abitibi avait amassé 40 points de plus que la flotte laurentienne durant la saison. Jamais une équipe négligée n'avait pu remporter une série avec un écart aussi prononcé. Les Foreurs ont amassé 102 points en saison régulière, soit le deuxième plus haut total de la ligue. Ils ont cependant dû prendre le quatrième rang du classement général parce qu'ils étaient dans la même division que les champions de la saison régulière - les Huskies de Rouy-Noranda - et que les meneurs des deux autres divisions sont automatiquement classés devant un club qui occupe le deuxième rang de sa division.

Contre toute attente, les Olympiques pourront ainsi éviter un duel contre la deuxième meilleure formation de la LHJMQ au deuxième tour. Cinquièmes au classement général, les Gatinois affronteront plutôt les Wildcats de Moncton, sixièmes. Les Olympiques auront ainsi l'avantage de la patinoire dans cette série qui sera disputée selon le format 2-3-2 avec les deux premiers matches à Gatineau. Ces duels devraient avoir lieu vendredi et samedi prochains.

En saison régulière, les Olympiques ont vaincu les Wildcats 4-3 en prolongation à Moncton le 10 janvier. Le 28 février, les Wildcats ont savouré leur revanche avec un gain de 2-1 au centre Robert-Guertin. 

Soulignons que les Wildcats misent sur le meilleur marqueur du circuit. Conor Garland a amassé 128 points en 62 matches cette année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer