Le long chemin de Marc-André Gauvreau

Cette saison, Marc-André Gauvreau a profité des occasions... (Jeannot Lévesque, Le Quotidien)

Agrandir

Cette saison, Marc-André Gauvreau a profité des occasions où il a été rappelé par les Saguenéens pour se faire remarquer.

Jeannot Lévesque, Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le travail, l'acharnement et la détermination, Marc-André Gauvreau connaît ça. Abdiquer ne fait pas partie de son vocabulaire.

À 18 ans, après un parcours parsemé d'embûches, le défenseur gatinois vient enfin de se faire une niche dans la LHJMQ. Quelques rappels fructueux chez les Saguenéens de Chicoutimi en première moitié de saison ont forcé la direction à retenir ses services en permanence. L'annonce lui a été faite à la veille de la date limite des transactions dans le circuit Courteau.

Désillusionné à plus d'une reprise au cours de sa carrière, Gauvreau a poussé un soupir de soulagement. À certains moments, il croyait avoir épuisé toutes ses chances de réaliser son rêve de patiner à temps plein dans la LHJMQ.

«Tout ce que je demandais, c'était d'avoir une réelle chance de me faire valoir. J'ai été dans les derniers joueurs retranchés à Bathurst à 16 et 17 ans, puis à Chicoutimi à 18 ans», raconte le défenseur.

Cette saison, Gauvreau a profité des occasions où il a été rappelé par les Saguenéens pour retenir l'attention de Yanick Jean, l'entraîneur-chef et directeur général de l'équipe. Il a noirci la feuille de pointage régulièrement. Quand l'année 2016 a commencé, les Saguenéens ont jugé qu'ils avaient besoin de lui pour compléter leur jeune brigade défensive.

Avant le match d'hier contre le Drakkar de Baie-Comeau, Gauvreau avait inscrit sept points en 11 matches avec les Saguenéens. L'athlète de 5' 9" et 190 livres faisait partie des deux premières paires défensives en plus d'être utilisé en avantage numérique.

Retour en arrière. L'ancien de l'Intrépide de Gatineau ne l'a pas eu facile après sa sélection en sixième ronde du repêchage 2013 de la LHJMQ. À son premier camp, il a été témoin indirect de la mort de Jordan Boyd, un jeune joueur de son âge décédé subitement sur la patinoire.

«Ç'a marqué ma vie. J'étais dans le groupe qui s'entraînait à l'extérieur de la patinoire quand il s'est effondré. Le camp a été suspendu pendant deux jours. Nous étions tous bouleversés.»

À la fin du camp, il a été retourné à l'Intrépide pour une deuxième saison midget AAA, mais il a goûté à trois matches du Titan en saison régulière. À 17 ans, il a fait partie des dernières coupes et il s'est joint au Boomerang du Cégep André-Laurendeau, où il a connu une saison productive sur le plan offensif. Rappelé huit matches par le Titan, on lui offre de terminer la saison avec le grand club. Hélas, un règlement du circuit collégial l'empêchera de rester dans la LHJMQ.

«C'est un règlement que j'ignorais. Un club collégial ne pouvait pas perdre plus de deux joueurs par année au profit de la LHJMQ. J'aurais été le troisième. J'étais découragé, mais au moins j'ai eu beaucoup de temps de glace et je me suis amélioré durant la saison.»

L'été dernier, il a été échangé aux Saguenéens, à la recherche de défenseurs, surtout des gauchers comme lui. Comble de malheur, l'équipe repêchera ensuite trois défenseurs gauchers... en première ronde! Victime du mouvement jeunesse, il est retranché et il se joint aux Sénateurs d'Ottawa dans la Ligue junior centrale. Ceux-ci lui donnent l'assurance qu'en cas de rappel, ils signeront ses papiers de libération. Ils ont tenu parole au début janvier.

«Je n'ai jamais cessé de travailler. Je me disais que ça allait finir par payer. Rien n'est gagné. Je dois solidifier ma place pour l'an prochain.»

Le nouveau Saguenéen est maintenant excité à l'idée d'affronter les Olympiques à Gatineau dimanche prochain. «Je n'ai pas joué à Robert-Guertin depuis mon année bantam. J'ai hâte d'y jouer, surtout que mon ami Alexandre Landreville sera dans l'autre camp!»

Des nouvelles d'anciens de l'Intrépide

D'Artagnan Joly et Marc-André Gauvreau ont reçu de bonnes nouvelles durant le temps des Fêtes en apprenant qu'ils allaient devenir des joueurs permanents dans leurs clubs respectifs de la LHJMQ.

Meilleur franc-tireur de l'Intrépide cette saison, Joly va poursuivre son développement avec le Drakkar de Baie-Comeau alors que Gauvreau viendra épauler la jeune défensive des Saguenéens de Chicoutimi.

Les nouvelles n'ont pas été aussi bonnes pour deux autres anciens de l'Intrépide qui ne patineront plus dans le circuit Courteau en deuxième moitié de saison. À Charlottetown, la saison de Quinn O'Brien est terminée. Le capitaine des Islanders a souffert de deux différentes blessures majeures qui nécessiteront des opérations. Même si son nom restera sur l'alignement de son équipe, un retour au jeu n'est pas envisageable cette saison. Âgé de 20 ans, sa carrière dans la LHJMQ est donc terminée.

Il est de retour au foyer familial de Campbell's Bay maintenant. En quatre saisons partagées entre Rouyn-Noranda et Charlottetown, le colosse de 6' 3" et 215 livres aura disputé 197 matches, amassant 25 buts et récoltant 42 points avec 331 minutes de punition.

À Blainville-Boisbriand, Olivier Schingh-Gomez et l'Armada ont mutuellement mis fin à leur association. Le défenseur de 18 ans avait été un choix de deuxième ronde en 2013. Son passage avec l'Armada a été marqué par plusieurs blessures, dont une commotion cérébrale qui l'a tenu à l'écart du jeu pendant une longue séquence. En 65 matches, il a marqué deux buts et inscrit 11 points avec 137 minutes de punition.

Il va terminer l'année avec les Cobras de Terrebonne dans la Ligue junior AAA du Québec. Il s'agit de la même équipe que celle de Tommy Veilleux, l'ancien des Olympiques de Gatineau. Un retour dans la LHJMQ n'est pas écarté pour Schingh-Gomez l'an prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer