Hockey Canada défend les entraîneurs d'ÉCJ

Peu importe qui est à blâmer, Tom Renney... (Associated Press)

Agrandir

Peu importe qui est à blâmer, Tom Renney et le reste de la direction de Hockey Canada n'ont pu cacher leur déception après une des pires performances du Canada au Mondial junior.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
John Chidley-Hill
La Presse Canadienne

Tom Renney s'est porté à la défense du personnel d'entraîneurs de l'équipe canadienne au Championnat du monde de hockey junior, dimanche.

Le président et chef de la direction de Hockey Canada a pris la parole au lendemain de la défaite de 6-5 du Canada face à la Finlande lors des quarts de finale du tournoi international, confirmant la sixième place de l'équipe à l'événement. Il s'agit du pire résultat du Canada au Mondial junior depuis 1998.

«Je pense que notre équipe était bien préparée, je pense que notre personnel d'entraîneurs était aussi bon que les autres, a dit Renney dans une salle de conférence dans l'hôtel de l'équipe. Il ne fait pas de doute que nos gars avaient pris le temps et mis les efforts nécessaires pour préparer l'équipe.

«Il y a un moment où ces responsabilités passent des entraîneurs aux joueurs.»

La formation des moins de 20 ans de l'entraîneur-chef Dave Lowry a manqué de discipline sur la patinoire pendant le tournoi. Le Canada a écopé 10 punitions mineures dans une défaite de 5-2 face à la Suède lors du dernier match de l'équipe en ronde préliminaire, avant d'être puni neuf fois contre la Finlande lors des quarts de finale.

Une séquence particulièrement coûteuse a vu Jake Virtanen - prêté par les Canucks de Vancouver - prendre deux punitions mineures en troisième période contre la Finlande. Pendant que le Canada tentait d'écouler les quatre minutes, le défenseur Joe Hicketts a été puni pour avoir dégagé la rondelle chez les spectateurs.

C'est pendant cet avantage de deux joueurs que Patrik Laine a inscrit le but gagnant pour la Finlande.

«C'est ce qui fait la beauté de ce tournoi, a dit Renney. Nous parlons d'adolescents qui doivent gérer des situations particulières en jouant au hockey. Parfois les choses fonctionnent, parfois elles ne fonctionnent pas.

«Le personnel d'entraîneurs a fait un excellent travail.»

Renney a plutôt critiqué le travail des gardiens Mackenzie Blackwood et Mason McDonald et des unités spéciales.

«Nos unités spéciales auraient dû être meilleures, a dit Renney. Et quand vous avez un taux d'efficacité inférieur à ,900, tout le monde sait que ce sera difficile de gagner. Ça ne fait pas de doute.»

Le taux d'efficacité des gardiens canadiens a été le deuxième pire parmi les 10 nations présentes au tournoi à ,860. Blackwood et McDonald ont aussi maintenu une moyenne de buts alloués de 3,58.

L'avantage numérique du Canada se retrouvait à égalité au deuxième rang après les quarts de finale avec un pourcentage de réussite de 33%. Cependant, l'infériorité numérique du Canada se retrouvait au dernier rang à 58,82% d'efficacité.

L'entraîneur-chef des États-Unis Ron Wilson a déclaré que les Canadiens avaient payé le prix pour leur manque de discipline.

«Le Canada était proche, mais il s'est tiré dans le pied, a dit Wilson dimanche après l'entraînement de son équipe. J'avais dit à leur entraîneur avant le match que sa troupe ne devait pas prendre trop de punitions parce que ça allait la couler, particulièrement contre la Finlande. Cette équipe-là avait le meilleur jeu de puissance du tournoi avant la partie.

«On peut dire qu'ils ont eu ce qu'ils méritaient parce que vous ne pouvez pas espérer survivre quand vous écopez autant de pénalités.»

Peu importe qui est à blâmer, Renney et le reste de la direction de Hockey Canada n'ont pu cacher leur déception après une des pires performances du Canada au Mondial junior.

«Nous ne sommes pas heureux du résultat, a admis Renney. Il s'agit d'une compétition internationale et les faiblesses de votre équipe vont être exposées pendant le tournoi, tout comme les forces.

«La réalité, c'est que nous sommes arrivés à court. Nous allons devoir réévaluer ce qui s'est produit pour essayer de comprendre le résultat. Nous ne devons pas commencer à pointer le doigt dans toutes les directions.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer