D'Artagnan Joly fait bonne impression

« J'étais sous le choc, mais pas vraiment... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

« J'étais sous le choc, mais pas vraiment déçu. À 16 ans, c'est dur de changer d'environnement soudainement, mais je me sens vraiment mieux qu'il y a 10 jours», commente D'Artagnan Joly au sujet de son échange au Drakkar.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nicolas Meloche s'est illustré en marquant le but gagnant des Olympiques jeudi après-midi. Pendant ce temps, le joueur sacrifié par les Gatinois pour obtenir le défenseur convoité a aussi compté son premier but en carrière dans la LHJMQ.

D'Artagnan Joly n'aura mis que trois matches dans son nouvel uniforme du Drakkar de Baie-Comeau avant d'inscrire son premier d'une longue série de buts dans le circuit Courteau. Il a ouvert la marque pendant un avantage numérique dans une défaite de 4-3 en fusillade contre les Saguenéens de Chicoutimi. En tirs de barrage, il a aussi été le seul joueur du Drakkar à compter. L'attaquant gatinois de 16 ans a terminé son match en beauté en récoltant la première étoile de la partie.

La veille, devant 14 770 spectateurs au nouveau Centre Vidéotron de Québec, il avait amassé son premier point en carrière. « C'était spécial comme moment. J'ai soulevé les yeux après notre but. Je regardais les estrades et je me sentais chez les professionnels tellement il y avait des spectateurs », a indiqué l'ancien de l'Intrépide de Gatineau.

Le cadet des sept frères Joly va se souvenir longtemps de l'ovation qu'il a reçue des partisans du Drakkar après avoir compté son premier but en carrière dans le match suivant.

« Le Drakkar a une des plus belles foules de la ligue. Je ne m'attendais pas à ce genre de réaction des partisans. Ils sont vraiment fanatiques. Je commence à comprendre pourquoi les autres équipes n'aiment pas venir jouer à Baie-Comeau. »

D'Artagnan Joly a répété que son échange au Drakkar avait été un choc au départ, lui qui n'avait jamais porté un autre uniforme que celui de sa ville natale. Il avait même pris part à trois matches des Olympiques en saison régulière.

« J'étais sous le choc, mais pas vraiment déçu. À 16 ans, c'est dur de changer d'environnement soudainement, mais je me sens vraiment mieux qu'il y a 10 jours. Ce changement sera bon pour moi. Je joue régulièrement jusqu'à présent. C'est une belle occasion qui se présente. J'ai été très bien reçu à Baie-Comeau. Je ne m'attendais pas à un tel accueil quand je suis arrivé avec mes parents. Nous avons fait le tour des installations. Je me suis senti désiré. »

Même s'il est rendu très loin de la maison, D'Artagnan Joly ne s'est jamais senti seul à Baie-Comeau. Anthony Beauchamp, son ancien coéquipier avec l'Intrépide, est également une recrue avec le Drakkar. « C'était plaisant pour moi de retrouver un gars que je connaissais bien, mais les autres joueurs m'ont rapidement mis à l'aise en m'incluant dans leur famille. »

Le Drakkar a beau occuper le dernier rang de la LHJMQ avec seulement quatre victoires, D'Artagnan Joly ne se décourage pas pour autant. « On ne perd pas par manque de travail. On n'a pas une mauvaise équipe. Il nous manque un peu de chance. Tout le monde a la victoire à coeur et Steve (Ahern) est un très bon directeur général. Il a acquis plusieurs bons choix au repêchage pour reconstruire l'équipe rapidement. »

À son arrivée sur la Côte-Nord, le choix de deuxième ronde 2015 des Olympiques a encerclé une date sur son calendrier : le 16 janvier. Ce soir-là, le Drakkar sera à Gatineau pour y affronter les Olympiques.

« Je l'ai dans la tête, ce match-là. Mon objectif est d'arriver chez nous avec une attitude positive et de gagner ce match. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer