L'éclosion saguenéenne de Jonathan Bourcier

L'attaquant des Saguenéens, Jonathan Bourcier... (Jeannot Lévesque, Archives Le Quotidien)

Agrandir

L'attaquant des Saguenéens, Jonathan Bourcier

Jeannot Lévesque, Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jonathan Bourcier se plaisait bien, chez lui, à Gatineau.

Le hockeyeur de 18 ans n'avait jamais été obligé de s'éloigner de la maison pour gravir les échelons du hockey. Après deux saisons avec l'Intrépide de Gatineau midget AAA et deux autres avec les Olympiques dans la LHJMQ, il a dû quitter le foyer familial après avoir été échangé à Chicoutimi cet été.

Le changement d'air s'avère profitable jusqu'à présent. La saison est encore jeune dans le circuit Courteau, mais le petit attaquant de 1,70 m (5' 7") occupe déjà le premier rang des compteurs des Saguenéens de Chicoutimi. Mieux, ses 22 points en 15 parties le placeraient au premier rang des marqueurs des Olympiques.

En fin de semaine, il s'est même payé le premier match de six points de sa carrière en participant à la moitié des buts des Sags dans un massacre de 12-1 contre le Drakkar de Baie-Comeau. En première période, il avait déjà marqué quatre buts, égalant ainsi un record d'équipe.

Lundi, la LHJMQ lui a remis sa deuxième étoile de la semaine pour sa récolte de sept points en deux matches. «Le match de 12-1 était assez spécial. Il y a des soirs où rien ne veut rentrer. Ce soir-là, ça rentrait de partout. J'étais toujours à la bonne place au bon moment. C'était rendu drôle! Je n'avais pas compté quatre buts dans un match depuis le novice A, je pense.»

Après cette soirée prolifique, il a reçu un texto de félicitations d'une idole d'enfance. Jean-Gabriel Pageau, ancien des Olympiques et des Saguenéens, lui écrivait. Pageau et Bourcier sont des connaissances de longue date. Le centre des Sénateurs a toujours été une source d'inspiration pour Bourcier.

«Il a toujours été mon modèle. C'était un petit joueur qui se foutait de ce que le monde disait. Son parcours m'a inspiré. Il croyait en lui et je continue de croire en moi.»

Il ne manque que huit points à Jonathan Bourcier pour égaler son record personnel de 30 points. Il devrait donc fracasser ce record d'ici peu. Après tout, il pointe au 10e rang des compteurs de la LHJMQ après avoir été acquis pour un choix de quatrième ronde cet été. Qu'est-ce qui explique son éclosion à Chicoutimi?

«Je joue avec de bons joueurs. Mon trio est complété par Nicolas Roy et Alexandre Jacob. La grande surface olympique est bonne pour moi puisque je suis un joueur rapide. J'ai changé de préparateur physique cet été. J'ai pris 10 livres pour monter à 160 livres. Je suis plus en forme et plus fort. Il y a aussi mon entraîneur, Yanick Jean, qui me fait confiance et qui est patient avec moi.»

Un rôle différent

À Chicoutimi, Bourcier est employé régulièrement en avantage numérique où il a déjà inscrit cinq buts. À Gatineau, il avait inscrit cinq buts sur l'attaque massive en deux ans. «Les trios sont stables ici. Quand ça va mal en avantage numérique, les mêmes joueurs restent sur l'unité.»

Jonathan Bourcier, alors qu'il jouait à Gatineau.... (Étienne Ranger, Archives LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Jonathan Bourcier, alors qu'il jouait à Gatineau.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Bourcier ne tenait pas à quitter Gatineau cet été. Il était apprécié dans le vestiaire et il était bien chez lui. Avec le recul, la transaction s'est toutefois avérée salutaire.

«C'est toujours plate de quitter ta ville et l'équipe avec laquelle tu as grandi, mais j'étais aussi curieux de savoir comment ça fonctionnait ailleurs. Jean-Gabriel Pageau, Mathieu Gagnon et Storm Phaneuf sont des Gatinois qui ont joué à Chicoutimi. Ils m'ont dit qu'il s'agissait d'une bonne organisation. Aussi, ça aurait été plus difficile pour moi de faire ma place dans le top-6 à Gatineau. Je devais travailler ma constance. Ça m'a pris du temps à comprendre, mais ça va mieux de ce côté cette année.»

Bourcier aura l'occasion d'affronter son ancienne équipe des Olympiques pour la première fois samedi à Chicoutimi.

Bellemare décroche la troisième étoile

N'ayant cédé qu'une seule fois en deux matches contre l'Armada de Blainville-Boisbriand le week-end dernier, Mathieu Bellemare a hérité de la troisième étoile de la semaine dans la LHJMQ.

Le gardien recrue des Olympiques de Gatineau connaît un fort début de saison alors qu'il mène la ligue avec une moyenne de 1,79 but alloué par match. Son pourcentage d'arrêt de ,918 est le deuxième meilleur du circuit Courteau. Bellemare a aidé les Gatinois à vaincre l'Armada 3-0 vendredi et 3-1 dimanche.

Sa moyenne de 0,50 et son pourcentage d'arrêt de ,974 dans les deux rencontres de la «semaine des rivalités» de la LHJMQ pourraient maintenant lui valoir le titre de gardien de la semaine dans la Ligue canadienne de hockey.

Un beau week-end pour D'Artagnan

Auteur de deux tours chapeau consécutifs en fin de semaine dernière contre les Forestiers d'Amos, D'Artagnan Joly a été récompensé en obtenant le titre de joueur offensif de la semaine dans la Ligue midget AAA du Québec. L'attaquant de 16 ans occupe le deuxième rang des francs-tireurs de la ligue avec 16 buts en autant de matches. Il est également le deuxième meilleur compteur du circuit avec 27 points.

Cadet des sept frères Joly, D'Artagnan a participé à sept des 10 buts de l'Intrépide de Gatineau dans ses deux victoires identiques par le score de 5-2. Choix de deuxième ronde des Olympiques de Gatineau, les efforts de Joly ne passent pas inaperçus aux yeux de l'entraîneur-chef Benoît Groulx.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer