Les Flames de Gatineau prennent naissance

Luc Mauzeroll, président des Flames de Gatineau, et... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Luc Mauzeroll, président des Flames de Gatineau, et Pierre Grandmaison, entraîneur-chef et actionnaire de la formation.

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Exit les Mustangs: place aux Flames de Gatineau. La nouvelle franchise outaouaise de la Ligue de hockey junior du Québec (LHJQ) a dévoilé son nom et son logo, mercredi matin, en direct du Centre sportif de Buckingham.

Les joueurs qui défendront dès septembre les couleurs de la nouvelle formation de l'ancienne Ligue de hockey junior AAA du Québec arboreront le flambeau et les teintes noires, argentées et blanches associées aux Olympiques de Gatineau, en guise de clin d'oeil à l'équipe du circuit Courteau. Des touches de rouge et de jaune se retrouvent également sur le chandail qui s'apparente à quelques détails près à celui des «Piques».

Ces ressemblances ne sont pas le fruit du hasard. La nouvelle concession servira en quelque sorte de club-école aux Olympiques qui ont donné le feu vert à l'organisation des anciens Mustangs avant que ceux-ci puissent implanter une nouvelle équipe dans la région.

Le Olympiques ravis

Le gouverneur des Olympiques, Norman MacMillan, soutient que l'arrivée des Flames sera bénéfique à plusieurs égards pour le sport en Outaouais et le développement des joueurs. «Les Olympiques envoyaient des joueurs à Valleyfield et partout ailleurs. Maintenant, ce sera chez nous et il y aura un suivi entre les instructeurs. C'est une très bonne nouvelle», a-t-il souligné.

Le président des Flames, Luc Mauzeroll, a indiqué qu'il s'agissait d'un véritable départ à neuf pour son club, qui évoluera désormais dans la même division que Saint-Jérôme, Montréal-Est, Sainte-Agathe, Terrebonne et Saint-Léonard.

Les Mustangs ont été écartés du circuit junior B de l'est de l'Ontario au terme de la dernière saison, à la suite d'une refonte de la Ligue de hockey central.

Pour faire l'achat des Maroons de Lachine et déménager cette filiale à Buckingham, l'organisation a dû augmenter son nombre d'actionnaires, qui est passé de 8 à 15 ces dernières semaines. Parmi les nouveaux investisseurs, on retrouve le propriétaire du Canadian Tire de Buckingham, Jean Leblond, et le directeur général par intérim de la Caisse Desjardins du Coeur-des-Vallées, Roger Lafrenière, qui a été nommé gouverneur de l'organisation.

C'est M. Leblond, beau-père de Paul Byron, ancien attaquant des Olympiques de Gatineau évoluant depuis 2013 avec les Flames de Calgary dans la LNH, qui a suggéré le nom de la troupe. «On ne s'en allait vraiment pas dans cette direction au départ, mais quand le nom a été proposé, on a décidé d'embarquer tout de suite avec les Flames, même si c'est anglophone», a mentionné M. Mauzeroll.

La direction générale et le personnel d'entraîneurs auront du pain sur la planche durant l'été, en commençant par la séance de repêchage du circuit qui doit avoir lieu le 13 juin. Afin d'améliorer la transition et d'obtenir du support pour préparer la saison régulière, l'équipe a embauché temporairement le dépisteur des défunts Maroons de Lachine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer