Joly face à son plus grand défi

Michaël Joly et l'Océanic de Rimouski affrontent les... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Michaël Joly et l'Océanic de Rimouski affrontent les Remparts de Québec ce soir en finale de la LHJMQ.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il a déjà gagné le tournoi bantam Royal-Brassard de Gatineau et quelques tournois d'été, mais rien qui pourrait se rapprocher de l'exploit à la portée de Michaël Joly.

Rendu en finale des séries éliminatoires de la LHJMQ, le Gatinois de 19 ans est à quatre victoires de soulever la coupe du Président. L'Océanic de Rimouski accueillera les Remparts de Québec dès ce soir devant ses partisans. La rivalité entre les deux clubs liés par le fleuve St-Laurent est installée depuis des années. En principe, Michaël Joly devrait être excité, mais on sent qu'il se retient au bout du fil.

«Il y a déjà plein de gens qui ont l'air de penser que nous allons gagner. Il ne faut pas regarder trop loin. Il faut garder notre concentration sur le moment présent», lance l'attaquant, qui a récolté sept buts et 13 points en 13 matches des séries.

Il serait pourtant facile de regarder un peu plus loin. Parce qu'il affronte les hôtes du prochain tournoi de la coupe Memorial à Québec, l'Océanic est assuré de participer au championnat canadien de hockey junior. C'est un événement grandiose qui représente le fait saillant de la carrière de plusieurs hockeyeurs d'âge junior.

«Ce n'est pas tout le monde qui a la chance de jouer dans ce tournoi pendant une carrière. Je suis tombé dans la bonne équipe au bon moment. Je pense que nous avons mérité notre place, mais il ne faut pas trop s'exciter. Habituellement, le trophée le plus important à gagner pour y arriver, c'est la coupe du Président. Si Québec n'était pas en finale, il faudrait la gagner. Nous voulons arriver à la coupe Memorial par la grande porte», raconte l'ailier droit de 5'11» et 172 livres.

Un jeu d'échec

La finale promet d'être spectaculaire. L'Océanic a remporté le championnat de la saison régulière dans la LHJMQ avec 99 points, 16 de plus que les Remparts, qui viennent de signer neuf victoires de suite. Rimouski n'est pas en reste. La troupe de Serge Beausoleil n'a subi qu'une défaite en 13 matches des séries. Elle vient de balayer les Foreurs de Val-d'Or. Il n'y a que les Olympiques de Gatineau qui ont réussi à leur soutirer une victoire.

D'ailleurs, Michaël Joly croit que cette série aura lancé les siens. «La série contre les Olympiques a été la plus difficile à ce jour. C'était une série axée sur le jeu physique. C'est à partir de cette série que notre club a commencé à jouer comme il en est capable.»

Sur papier, les deux clubs misent sur des offensives dévastatrices. La différence, c'est que l'Océanic a une défensive hermétique et aguerrie. Depuis qu'il a fait sa rentrée avec un retard de 2-0 dans le troisième match de la série contre les Olympiques, Louis-Philip Guindon n'a accordé que six buts en sept matches.

«Je m'attends à une série intense et physique. Ça risque d'être fatigant. Les deux clubs ont de bonnes défensives, mais les deux clubs aiment passer du temps de la zone ennemie aussi. D'après moi, la différence va se jouer dans les erreurs. Ce sont les erreurs qui vont coûter des matches.»

L'Océanic aura tout intérêt à limiter ses erreurs contre les Diables rouges. Ce n'est pas tous les jours qu'une équipe a la chance de mettre la main sur la coupe du Président. Michaël Joly a fait une ronde éliminatoire à 17 ans, puis deux rondes à 18 ans. Cette année, son club est rendu à maturité. D'ici deux semaines, ça va passer ou ça va casser pour le Gatinois aux mains magiques.

jfplante@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer